Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Denis Dufresne
La Tribune
Denis Dufresne

Odieux

Article réservé aux abonnés
Les retards dans le projet de voie de contournement à Lac-Mégantic et le manque d’information de Transports Canada, près de huit ans après la tragédie ferroviaire qui avait fait 47 morts et détruit le centre-ville, sont rien de moins qu’odieux.

Plusieurs éléments indiquent que la voie de contournement de 12,4 kilomètres, dont la mise en service est prévue pour 2023, année du 10e anniversaire du déraillement, pourrait ne pas être terminée avant 2024 et même 2025. 

Car bien que les travaux géotechniques, les audiences du BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) et le rapport d’avant-projet définitif soient complétés, la réalisation des plans et devis, dont le mandat a été confié à Cima + en juillet 2020, est sur la glace puisque le Canadien Pacifique, propriétaire des voies ferrées depuis la fin de 2019, est à réviser le projet.

De plus, les pourparlers entre Transports Canada et les propriétaires en vue de l’acquisition de terrains seraient également au point mort.

Le processus d’acquisition des propriétés doit en principe être complété cette année, selon le gouvernement du Canada.

En entrevue il y a quelques jours avec la journaliste de La Tribune Jacynthe Nadeau, l’ingénieur à la retraite François Charbonneau a dit craindre que le projet ne puisse être complété avant trois ou quatre ans puisque les plans et devis, qui devaient être réalisés en 2020-2021, sont toujours à l’étude et que les travaux – qui ne peuvent se faire durant l’hiver — vont durer au moins deux ans, peut-être trois.

M. Charbonneau, qui ne blâme pas la compagnie ferroviaire, se demande toutefois — avec raison — pourquoi celle-ci n’a pas été impliquée plus tôt dans ce projet.

Quant à Transports Canada, il dit toujours prévoir la mise en service de la voie de contournement en 2023, ce qui ressemble de plus en plus à de la pensée magique.

Le ministère n’a du reste pas répondu aux questions de La Tribune au sujet des délais dans la préparation des plans et devis, se bornant à dire que « tous les scénarios seront évalués pour respecter les échéanciers annoncés ».

Bon nombre de citoyens de Lac-Mégantic sont encore traumatisés par le déraillement du convoi pétrolier de la Montreal Maine & Atlantic (MMA), en juillet 2013, et voient avec inquiétude le passage quotidien de trains transportant des matières dangereuses, notamment du gaz propane, dans leur centre-ville.

La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, refuse de croire qu’on arrivera aux commémorations des 10 ans de la tragédie, en 2023, sans projet concret sur le terrain. 

Cette situation et le manque d’information tant de la part de Transports Canada que du CP démontrent un manque flagrant d’éthique et de compassion.

Soulignons ici que le Canadien Pacifique vient d’annoncer l’acquisition de la compagnie ferroviaire Kansas City Southern au coût de 25 milliards $ US (environ 31,5 milliards CAD), mais refuse de reconnaître sa part de responsabilités dans la tragédie de juillet 2013 (le CP avait confié à MMA le transport, à partir de Montréal, du pétrole qui a explosé à Lac-Mégantic, une compagnie qui avait un très mauvais dossier de sécurité) et de payer pour.

Le CP est visé par une poursuite de 409 millions $ du gouvernement du Québec et des victimes.

La cause doit être entendue en septembre prochain.

D’ici là, le même CP pourrait-il demander des modifications au projet pour répondre à ses normes d’opérations et encore retarder les choses? 

Et cela, faut-il le rappeler, même s’il n’aura rien à débourser pour la construction de la voie de contournement de plus de 130 millions $ puisque celle-ci est financée à 60 % par le fédéral et à 40 % par le Québec.