Nous nous endormons doucement

La violence ne vient pas toujours du même côté ...comme le vent.
Les événements de Québec nous prouvent qu'elle peut se développer sous les braises, à priori bienfaisantes... Même dans notre demeure!
Elle offre un visage indéfinissable, sous de jolies apparences ou masques attirants.
Ses déguisements prennent, par exemple, des tons nationalistes émouvants pour une caractérisation identitaire, ou par des prêches vertueux et passionnés, au nom de la moralité, contre la sexualité et l'avortement. Ou encore, en faveur d'une idéologie grandiose qui dépasse notre compréhension...du moment.
Le tout est emballé toujours d'une vision attirante et prometteuse de bonheur et de petits bonheurs multiples...qui nous seront donnés demain, après-demain, voire après notre mort généralement. Ce qui a tôt fait d'attiser les rêves des fidèles fragiles et soumis... et les emprisonner dans des rituels ankylosants. Alors, tel un poisson pris dans un filet, nous sommes bientôt faits et coincés dans une cage à homards.
Baignant pourtant dans une démocratie séculaire, il nous arrive pourtant, dans ce monde occidental, de nous laisser prendre au piège, croyant à l'intégrité de nos représentants de tous horizons.
Hélas, le propre de notre démocratie est de se faire parfois paresseuse, ankylosée qu'elle devient, sous les effets trop bénéfiques de ses politiques. Et nous nous endormons doucement, inconscients des tristes conséquences des lendemains.
Éveillons-nous aux différences dans lesquelles nous baignons! Sachons aussi rester à l'affût des sollicitations douteuses pressantes du quotidien. Gardons le calme devant ces événements violents.
Yvon Côté, Sherbrooke
Un petit con
Un petit mec de 27 ans portant une calotte d'adolescent a froidement tué des gens qui avaient d'autres valeurs que les siennes. Par la suite, il a lui même téléphoné aux forces policières afin de se rendre.
Il ne s' agit pas d'une attaque terroriste mais d'une attaque d'un petit taré. Il faut cependant être prudent car des petits tarés on en trouve partout au Québec. Je m'inquiète lorsque des connaissances publient sur Facebook des propos haineux relatifs aux musulmans. Tout est sujet à critique, les voiles pour femmes sont un exemple frappant de ce délire de bons Québécois. Je ne comprends pas cette haine contre une femme qui décide de se voiler.
Jean Chenay, Sherbrooke