Ne cherchez pas, j'ai trouvé

POINT DE VUE / L’ancien maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, a pondu un livre de 500 pages afin de justifier sa défaite aux élections municipales. Voici une piste qui devrait peut-être vous éclairer.

Mais d’abord un petit retour dans le passé. En 1990, Paul Gervais, directeur général du Cégep de Sherbrooke, est élu maire de notre ville. Son règne a été de courte durée. Aux élections suivantes, Jean Perrault, Monsieur Sherbrooke, alors subalterne de Paul Gervais au Collège de Sherbrooke, s’installe pour trois termes au contrôle de notre municipalité. Aux élections suivantes, il sera suivi de Bernard Sévigny, lui aussi issu du monde de l’éducation supérieure.

Donc pendant plus de 25 ans, notre Ville aura été gouvernée par des élus faisant partie d’une élite intellectuelle. Aux dernières élections, Steve Lussier, un homme inconnu de tous et qui n’a même pas siégé à un poste de conseiller municipal, vous a battu, Monsieur Sévigny. Fort probablement que les Sherbrookois et Sherbrookoises ont décidé de donner la mairie à un homme qui ne fait pas partie de l’élite intellectuelle, mais qui nous ressemble un peu plus. 

Voilà, Monsieur Sévigny, une piste de solution à votre défaite. L’autre évidence est que pour plusieurs citoyens, votre suffisance et vos airs hautains ont eu raison de votre candidature.

Jean Chenay
Sherbrooke