Mont-Orford à l’ombre

À l’intention de Marie Boivin, mairesse de la municipalité du canton d’Orford, et aux membres du conseil municipal.

Le 20 mai dernier, le gouvernement a autorisé les activités qui pouvaient être pratiquées en respectant la distanciation sociale. La randonnée en montagne cadre parfaitement avec ces exigences.

La corporation du Mont-Orford a refusé de donner accès à la montagne à compter du 20 mai. Une des raisons évoquées est qu’il y a de la boue au point qu’il y a risque de blessures pour les marcheurs. Autre raison évoquée : l’érosion causée par les marcheurs. Je cite la corporation du Mont-Orford « les sentiers sont extrêmement mouillés et la pratique de la randonnée pourrait causer de l’érosion. Nous souhaitons minimiser cet impact et préserver la nature encore quelque temps, et également éviter les blessures qui pourraient survenir en marchant dans les sentiers mouillés et boueux. »

Il faut évidemment se préoccuper de l’érosion. Plusieurs facteurs contribuent à l’érosion de la montagne. Depuis des décennies, les citoyens fréquentent la montagne, que ce soit pour la course, la marche ou encore la randonnée contemplative. Pensons au festival des couleurs qui attire des milliers de marcheurs ou au XMANRACE, cette course à obstacles où la boue est mise à l’honneur.

Depuis des décennies, les marcheurs profitent de la montagne dès la fin du ski alpin et jusqu’aux premières neiges. Plusieurs apprécient aussi poursuivre l’entraînement avec crampons lorsqu’il n’y a pas de skieurs. La santé cardiovasculaire des Estriens ne s’en porte que mieux. À titre d’adepte de la montagne depuis 20 ans, je vois surtout des marcheurs respectueux de l’environnement.

Cependant, je ne connais pas l’état des lieux ce printemps 2020 puisque l’accès y est interdit. Puisque les travaux effectués à l’été 2019 sont récents, il semble nécessaire d’évaluer scientifiquement leur impact sur l’érosion de la montagne.

Je demande au conseil municipal :

-D’interpeller le ministère de l’Environnement pour évaluer l’état de la montagne et de déterminer la cause de cette boue soudaine rendant la marche impossible voire périlleuse.

- D’exiger de connaître l’agenda réel de la corporation du Mont-Orford en lien avec le développement récréotouristique qui est dans les cartons de la corporation. Si ce projet mène à une privatisation de la montagne, je demande à la municipalité de se positionner clairement et de faire preuve de leadership et de transparence.

- Que soient rendus publics tous les montants qui ont étés et qui seront octroyés en subvention à la corporation.

- Que la municipalité du Canton d’Orford rende publics aux résidents de sa municipalité les procès-verbaux de la corporation. Avec les subventions données,

la corporation a des comptes à rendre aux municipalités. Les citoyens sont en droit d’avoir accès à cette information en toute transparence.

- De faire pression auprès de la corporation du Mont-Orford afin que la montagne soit accessible aux marcheurs lorsqu’il n’y a pas de ski.

En ce temps de pandémie et de déconfinement graduel, la montagne aurait dû être accessible dès le 20 mai. Tout le monde a souffert du confinement et la montagne est l’endroit le plus sécuritaire contre la COVID-19 puisque la distanciation sociale y est, de toute évidence, très facile à respecter. C’est un gymnase à ciel ouvert pour plusieurs citoyens. La corporation du Mont-Orford en tant qu’OSBL a une responsabilité envers les citoyens puisque de généreuses subventions sont prises à même les taxes et impôts de ces derniers.

J’espère sincèrement que l’accessibilité de la montagne sera rétablie rapidement et ce, de façon durable.

J’invite tous ceux qui appuient cette démarche à signer la pétition intitulée « Le mont Orford n’est pas une propriété privée! » sur le site change.org.

Élyse Bernier
Orford