Merci Monsieur Parizeau

Depuis le référendum de 1995, on n'a entendu personne mentionner l'appel au rejet ethnique exprimé dans l'affiche du camp du NON; il s'agit pourtant du drapeau français affublé d'un NON. Quel message évident voyait-on dans cette affiche, sinon le rejet du fait français au Québec?
Lorsque Jacques Parizeau a mentionné les «votes ethniques», il fut vilipendé par tous les bien-pensants de ce monde. Mais ce n'est pas lui qu'on doit accuser de racisme.
En ces jours de deuil, je tiens à rappeler ces simples faits.
Colette Provost
Eastman