Merci et bravo au FTMS

Je viens remercier tous les intervenants qui s’occupent de la réussite et de l’organisation du Festival des traditions du monde. Ce doit être un travail colossal!

Nous avons passé des moments formidablement agréables tous les jours où nous nous sommes déplacés chez vous! Juste côté bouffe, on peut voyager à travers le monde en quelques pas! Nous nous sommes vraiment régalés et ouverts à d’autres cultures, d’autres goûts. À tous et à chacun des exposants présents : MERCI. On s’imagine facilement à quel point ces journées sont longues… Nous avons été accueillis partout avec bonheur et courtoisie. Bravo! Vraiment bravo à tous et à chacun. On peut trouver chez vous de quoi se gâter et gâter ceux qu’on aime. Il y a de merveilleux cadeaux à offrir en toutes occasions, ou simplement pour dire « Je t’aime ».

Des milliers de mercis aux artistes qui nous font découvrir leur passion. Des musiques de tous les coins du monde, des rythmes au gré des cœurs qui battent à l’unisson… Un rêve de paix pour quelques heures et l’oubli total de toutes les vicissitudes de ce monde à la fois si merveilleux et si désolant parfois.

Des millions de mercis aux bénévoles qui, par leur présence gratuite et assidue d’année en année, contribuent grandement à la bonne marche de tout l’événement.

Bravo pour les initiatives vertes. Récupération, compostage, tri des déchets et surtout pour les gourdes permises et encouragées par BRP. Le génie est vraiment dans leur ADN! Que tous les commanditaires se félicitent de participer à un événement heureux et tellement interactif de ce genre. Les sourires sont de mise et la joie pure au rendez-vous… À un coût plus qu’abordable en tout : entrée, bouffe et exposants. Une initiative fort appréciée de chaque festivalier, j’en suis certaine.

Personnellement, j’ai fort apprécié DJ Will, Joaquin Diaz qui nous a instruits sur les origines de la musique latine en République dominicaine; un pays que j’affectionne tellement. Il nous a donné des fourmis aux jambes, aux pieds et de la joie au cœur. 

« Mi Corazon » : très bien nommé. Puis, en dernier, Viva la fiesta caliente de samedi soir. Daniel Alejandro et son band : oh, la la, mucho caliente. J’aime aussi les rythmes africains entraînants et profondément touchants. Des racines « douloureuses » des esclaves noirs. Grâce à ces musiques, ils ont survécu aux atrocités les plus innommables commises par d’autres humaines. Est-ce possible? L’histoire le dit…

Comme vous le constatez, Gilles et moi sommes des mordus du festival depuis plus de quinze ans. On nous a fait découvrir celui-ci et notre cœur vous est gagné.

Soyez fiers de celui-ci! Pas étonnant que vous attiriez les foules : votre diversité culturelle vous enrichit et nous aussi par ricochet.

Bien à vous.


Ginette et Gilles Provencher

Asbestos