Manquer le bateau

Le Québec manque le bateau dans cette campagne électorale! Ce n'est pas vraiment du péage sur le pont Champlain dont il faut parler. En effet, durant la durée de vie de ce pont, ce péage disparaîtra ou réapparaîtra ou diminuera au gré des gouvernements en place.
Ce qu'il nous faut, c'est que le gouvernement fédéral y prévoie la facture reliée à la mise en place d'un train SLR (système léger sur rail) (...). Le fédéral a été capable de mobiliser des milliards $ de nos impôts pour sauver GM et des centaines de jobs en Ontario, d'autres milliards $ pour aider Terre-Neuve à construire une ligne électrique pouvant éventuellement concurrencer Hydro-Québec un jour, et pour soutenir de façon continue la promotion du pétrole de l'Ouest.
Mais pour nous? Jamais rien de cette envergure.
L'occasion me semble historique pour ces futurs chefs d'État de s'engager plus résolument sur la voie environnementale et de corriger un manquement historique auquel le parti de chacun a participé activement, eux y compris, il faut le dire. Le Québec existe-t-il encore pour les conservateurs?
Pour les libéraux? Et pour les néo-démocrates? Le gouvernement Couillard n'a pas été persistant, je sais, le maire Denis Coderre non plus. Néanmoins, il est sûr que les Québécois désirent vous voir vous engager en ce sens. Montrez-nous votre vrai visage! Le péage peut changer, mais le SLR, lui, va rester.
Claude Létourneau
Sherbrooke