Emmanuel Macron

Macron président

ÉDITORIAL / Le sort en est jeté. Emmanuel Macron semble se diriger allègrement vers la présidence française. Sorti de nulle part, il affrontera Marine Le Pen dans un second tour. À l'évidence, ce premier scrutin marque la fin d'une opposition historique entre la gauche et la droite. Il témoigne ainsi d'une volonté de changement et le rejet de deux partis traditionnels qui ont échoué à répondre aux aspirations des Français.
Au second tour qui aura lieu le dimanche 7 mai, un sondage prévoit déjà qu'Emmanuel Macron va facilement triompher avec 62 % du suffrage populaire. Bien des choses peuvent se passer en deux semaines, surtout dans une campagne qualifiée de surprenante, bizarre et rocambolesque. Il part cependant avec une longueur d'avance, ayant reçu l'appui de plusieurs figures politiques, dont ses adversaires François Fillon et le socialiste Benoît Hamon.
Dans le cas de Marine Le Pen, 48 ans, celle-ci a réussi à faire oublier l'image radicale et raciste de son père, Jean-Marie. Elle a ainsi obtenu le meilleur résultat depuis la création du Front national. Du même coup, elle pourrait bien avoir atteint son apogée. Intelligente et rusée, elle est parvenue à canaliser le ras-le-bol d'une partie de la population envers l'immigration, la délocalisation d'entreprises, le terrorisme et même l'Union européenne. À bien des égards, Le Pen présente des traits similaires à ceux d'un Donald Trump. C'est très ouvertement qu'elle a aussi rendu récemment visite au président russe.
L'une des surprises de ce premier tour est aussi les 19 % obtenus par François Fillon, porte-étendard de la droite. Celui-ci n'a pas respecté sa promesse de se désister si la justice le mettait en examen pour avoir procuré des emplois fantômes à sa femme et à ses enfants.
À 39 ans, Emmanuel Macron symbolise le renouveau en politique. Plusieurs n'ont d'ailleurs pas manqué de tisser des rapprochements avec Justin Trudeau. Tout comme le premier ministre du Canada, il semble incarner le désir des jeunes de prendre la relève de la génération d'après-guerre et de chasser les baby-boomers du pouvoir.
Emmanuel Macron n'a jamais été élu. Banquier de carrière, il est entré en politique en 2012 à titre de conseiller du président socialiste François Hollande. De 2014 à 2016, il occupera la fonction de ministre de l'Économie dans le gouvernement. Il y a à peine un an, il réalise un coup d'éclat en formant le mouvement « En marche ». Après avoir remporté le second tour, il lui faudra transformer ce mouvement en parti politique. Favori dans les sondages, il ne devrait pas avoir de la difficulté à recruter 577 candidats pour les élections législatives de juin, d'autant qu'il se dit de gauche et de droite. Rappelons qu'il a aussi promis de former un gouvernement paritaire d'hommes et de femmes.
Au Québec, les Français ont suivi ce premier tour avec grand intérêt. Tant à Québec qu'à Montréal, ils ont fait la file au froid pendant des heures pour exercer leur droit de vote. Les autorités auront intérêt à améliorer la logistique pour le prochain rendez-vous.
Notons aussi que le numéro 2 de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Roland Lescure, a récemment pris tout le monde par surprise en quittant son poste pour faire campagne avec Macron. Nul doute qu'il occupera une fonction importante au sein de la future administration française si l'élection de Macron devait être confirmée. C'est tant mieux parce le président attendu ne connaît pas très bien le Québec.