Vincent Boutin

M. Boutin, relisez votre programme

Vincent Boutin, conseiller municipal du Renouveau Sherbrookois (RS), publiait mercredi dernier dans La Tribune une réplique (« Le festival des demi-vérités ») à une lettre ouverte du Mouvement Sherbrooke Démocratie (« La logique Sévigny : plus de taxes, moins de représentation »). Même si nous sommes heureux de constater qu'un membre de Renouveau Sherbrookois participe enfin ouvertement au débat, nous ne pouvons qu'être en désaccord avec sa position.
Parce que nous critiquons la hausse de taxes ainsi que la baisse de représentation et de services proposée par son parti, M.Boutin nous somme ni plus ni moins d'offrir notre propre version du budget municipal. Or, s'il souhaitait véritablement connaître notre avis ainsi que celui de tous les citoyens sur le budget, il aurait pu simplement proposer que le programme politique du RS, adopté en mai dernier, soit appliqué avec davantage de cohérence. Celui-ci promet d'« impliquer plus directement les citoyens dans le processus de préparation du budget annuel par l'instauration de consultations prébudgétaires. »
Malheureusement, il semble de plus en plus improbable que le parti du maire reste fidèle à ses principes. À preuve, M.Boutin laisse entendre que lui et ses collègues du RS peuvent agir en toute légitimité dans le dossier de « réforme de la gouvernance », puisque leur chef a récolté près des trois quarts du vote populaire en novembre dernier. Pourtant, les électeurs sherbrookois n'ont aussi donné qu'une minorité de sièges à son parti et rappelons que trois collègues de M. Boutin n'ont pas obtenu de majorité. De plus, l'appui que M. Sévigny a obtenu, aussi élevé soit-il, ne le dispense aucunement de tenir des consultations publiques. Les Sherbrookois et Sherbrookoises n'ont pas signé un chèque en blanc pour 4 ans.
Plutôt que de s'attarder à ces détails peu commodes, M. Boutin préfère qualifier de démagogues ceux qui s'attardent au salaire du maire et des employés de son cabinet. Le maire n'a pourtant aucun scrupule à qualifier de « gaspillage » les dépenses liées au travail des sept conseillers municipaux qui seront remerciés!
Certes, nous avons besoin de faire des économies, mais pas à n'importe quel prix. Et ces économies ne doivent pas être que des promesses qui ne se concrétiseront jamais. M. Boutin doit bien savoir que, dans le « monde réel », rien n'empêchera le futur conseil de se voter une augmentation de salaire et rien n'empêchera la Ville d'engager des fonctionnaires supplémentaires pour effectuer le travail des élus supprimés. Les économies promises pourraient s'avérer bien illusoires.
Ce n'est au final qu'en débattant de ces questions que nous pourrons y voir plus clair et en arriver à une solution légitime. Le débat n'a malheureusement pas eu lieu durant la campagne électorale, le maire ayant refusé toutes propositions de défendre publiquement ses idées. Son parti s'engage pourtant, dans son programme, à « aller encore plus loin en matière de participation citoyenne ».
Reste à voir maintenant jusqu'où M.Boutin et ses collègues auront le courage d'aller...
Évelyne Beaudin et Claude Dostie,
Mouvement Sherbrooke Démocratie