L’incurie bébête de la Ville de Sherbrooke

En raison de l’affaissement d’un muret de soutènement, la Ville de Sherbrooke a fermé, il y a près d’une semaine, une portion du sentier cyclable qui longe la rivière Saint-François entre l’école secondaire de la Montée (pavillon Saint-François) et la rue Talbot.

Depuis, rien ne bouge. La piste cyclable est toujours fermée, obstruée par un gros caillou (pas douze cailloux, mais un seul caillou!), comme si la Ville était dépourvue de tout service municipal capable de remédier rapidement à une telle situation.

Résultat : de nombreux piétons et cyclistes, frustrés par tant d’inertie municipale, contournent par le boisé et le bord de la rivière — afin de poursuivre leur chemin — la clôture installée en catastrophe pour barrer la piste cyclable.

Pas sûr que cela soit prudent!

Pourtant, il serait si simple pour les travaux publics municipaux de dégager le seul gros caillou qui obstrue la piste cyclable du côté est de celle-ci et de juxtaposer sur quelques mètres de l’accotement situé du même côté quelques blocs de béton qui protégeraient, en attendant la réfection du muret de soutènement (prévu pour 2050?), les piétons et les cyclistes d’éventuelles nouvelles chutes de cailloux.

Mais il faut croire que cette solution est trop futée pour retenir l’attention de celles et ceux qui nous servent d’édiles municipaux.

Vivement l’annexion de la ville de Sherbrooke à la ville de Magog!

Pierre Rivard
Sherbrooke