L’inaccessible ferme

Dans La Tribune de mercredi («C’est un métier plus stressant que la moyenne»), le journaliste Tommy Brochu relate les paroles suivantes de l’agriculteur Jacques Masson: «quelqu’un qui n’a pas été élevé sur une ferme et qui s’en achète une, ça ne fonctionnera pas ». Ces propos ne reflètent absolument pas notre pensée et ce que nous constatons dans le champ.

Depuis les 23 ans que le Cégep de Sherbrooke forme des gestionnaires d’entreprise agricole, nous avons pu remarquer un nombre croissant de jeunes et moins jeunes, non issus du milieu agricole, qui suivent la formation en Gestion et technologie d’entreprise agricole, dans le but d’un jour démarrer en production. Cette croissance de l’intérêt pour l’agriculture par des gens non issus du milieu est un phénomène qui s’est manifesté dans toutes les écoles d’agriculture de la province et à tous les niveaux d’enseignement.

Certains de ces jeunes ont développé une impressionnante capacité de gestion, qu’on ne retrouve pas toujours chez les entrepreneurs bien établis, qui leur a permis non seulement de démarrer leur entreprise, mais d’en faire des entreprises prospères et modèles. Bien sûr, l’établissement dans des secteurs sous gestion de l’offre (quotas) est difficile pour quelqu’un de l’extérieur du secteur, mais possible. C’est pourquoi plusieurs s’établiront dans des secteurs moins traditionnels ou en émergence, les investissements requis étant inférieurs. Nous pourrions vous nommer quelques-unes de ces entreprises.

Ainsi, de nouvelles familles, dont le nom n’est pas relié au milieu agricole depuis des générations, sont des agents de changement qui viennent enrichir notre agriculture par leur dynamisme, leur originalité, leur capacité d’innover, de s’adapter, voire de modifier l’ordre établi. Ce sont ces caractéristiques qui leur permettent de tirer leur épingle du jeu.

Les types de fermes et les modèles d’établissements sont plus diversifiés que jamais. Il nous apparaît injuste de transmettre cette idée que seules les personnes issues du milieu agricole pourront s’établir avec succès. Il est reconnu que le succès d’une entreprise est avant tout lié aux individus, à leur profil entrepreneurial et à leur formation, qu’ils proviennent du milieu agricole ou non. Oui, il est possible de s’établir en agriculture sans provenir du milieu.

Hélène Beaumont, agronome
Léon Bibeau-Mercier, agro-économiste
Yvon St-Jean, agronome
Carl Thibeault, agro-économiste
Le personnel enseignant du département de Gestion et technologies d’entreprise agricole (GTEA) du Cégep de Sherbrooke