Le directeur général de la municipalité de Weedon, Mokhtar Saada, affirme toutefois que la direction lui a confirmé que le projet demeure prioritaire.

L’heure juste

ÉDITORIAL / Les retards dans la réalisation du projet de centre de production de cannabis médicinal de MYM Nutraceuticals, à Weedon, sont préoccupants, tout comme le silence de l’entreprise sur la situation. Alors que les travaux de construction semblent au point mort sur le vaste terrain du Rang 2 Sud, il est pour le moins étonnant que la compagnie vancouvéroise ne fournisse guère d’explications à la population et aux élus qui avaient appuyé ce projet avec enthousiasme.

Le directeur général de la municipalité de Weedon, Mokhtar Saada, affirme toutefois que la direction lui a confirmé que le projet demeure prioritaire.

Malheureusement, la région a bien peu prise sur cet investissement privé de 200 millions $ annoncé en juin 2017.

Selon les informations présentées il y a deux ans, MYM Nutraceuticals doit construire 140 000 mètres carrés (1,5 million de pieds carrés) de serres en vue de produire 150 000 kilos de cannabis médicinal par année.

La production devait démarrer cette année et créer jusqu’à 400 emplois directs et 800 emplois indirects en cinq ans.

Et on peut dire que MYM Nutraceuticals voyait grand : outre des serres de production, elle prévoyait un centre de recherche, une clinique, un hôtel haut de gamme et même un projet domiciliaire écologique.

Ses dirigeants avaient aussi annoncé des collaborations avec le consortium de recherche sur le cannabis médicinal « Vallée Verte » et l’Université de Sherbrooke, qui demeurent toutefois valides à ce jour.

« On nous dit que ça va se faire », indique Jacques Viens, vice-recteur adjoint à l’Université de Sherbrooke, au sujet du projet. 

Or, le chantier est inactif depuis décembre 2018 tandis que la certification de Santé Canada se ferait toujours attendre.

Le ministère a toutefois annoncé il y a peu que le processus d’attribution de licences pour la culture, la transformation ou la vente de cannabis à des fins médicinales sera accéléré.

Parallèlement, la valeur de l’action de MYM Nutraceuticals a connu une chute majeure depuis décembre 2017, indique la Bourse des valeurs canadiennes.

En revanche, la compagnie a maintenant une nouvelle direction, a procédé à une restructuration et son nouveau président directeur général, Howard Steinberg, a annoncé mardi dernier des ententes avec deux partenaires pour une injection de capitaux de 9,5 millions $.

Dans un communiqué, MYM Nutraceuticals dit également être en attente d’une licence de production de Santé Canada pour ses installations de Laval.

Malgré quelques tentatives, il a été impossible de parler à un porte-parole de la compagnie pour savoir si ce nouvel apport d’argent aura un impact à Weedon.

Du côté de la municipalité, on se montre néanmoins optimiste, indiquant que l’obtention d’une licence pour les installations de Laval constitue le prélude pour celle de Weedon.

On ne demande qu’à le croire.

Le cannabis médicinal constitue un secteur d’activités relativement nouveau et on peut penser que les problèmes de financement ou les délais pour l’obtention d’une licence de Santé Canada peuvent faire partie de l’équation. 

Il n’en demeure pas moins que le manque d’information de la part de MYM Nutraceuticals, après avoir fait miroiter un projet d’une telle envergure dans une région qui cherche à redéployer son économie, est déplorable.

La population, tout comme les élus et les décideurs locaux, est en droit d’avoir l’heure juste.