François Legault

Lettre au premier ministre du Québec,

Monsieur Legault, dans l’article de M. Charles Lecavalier paru dans le Journal de Québec le 18 septembre dernier, il rapporte que vous affirmez qu’« un premier ministre n’a pas sa place dans une manifestation pour le climat. […] (mais) que le ministre de l’Environnement Benoît Charette et le député de Bourget Richard Campeau participeront à la marche… » Je me demande sur quel fondement s’appuie votre affirmation.

Le ministre de l’Environnement et le député de Bourget y participent, alors pourquoi serait-il interdit pour le reste de l’Assemblée nationale de le faire ? Après tout, cette manifestation concerne l’avenir même de la planète, de vos enfants et petits-enfants.  

C’est vrai qu’il vous serait difficile de manifester contre vous-même si l’enjeu vous concernait personnellement en tant que premier ministre. Mais ici, la mobilisation citoyenne est là pour vous appuyer dans votre tâche difficile face aux grands pollueurs.  

La volonté du peuple est de voir des actions efficaces, réalisables dans les plus courts délais. C’est une force pour vous ! Reconnaître sa valeur est un argument de taille pour qui a choisi de servir la province.  

Je vous imagine mal dire à votre enfant qui viendrait vous réveiller la nuit en clamant : « Papa, papa, la maison brûle ! » Et vous, de lui répondre : « Mais non, le feu n’existe pas. »  Ou encore, « ce n’est pas grave, il va s’éteindre tout seul ». Ou pire encore, « va dormir, on verra ça demain ! » 

Non, vous sortiriez sans doute de la maison, appelleriez le 911 et entameriez toutes les procédures d’urgence nécessaires à la situation et à votre contrôle.  

Aujourd’hui, c’est la maison commune à tous les habitants de la Terre qui est en feu. N’est-ce pas une raison suffisante pour nos dirigeants de participer à l’évènement le plus important de notre temps ?  

Je suis conscient que vous devez faire face aux lobbyistes des grandes entreprises. Votre défi est grand, car la conciliation économie-environnement est difficile.   

Je suis persuadé que votre gouvernement, allié aux autres partis politiques, pouvez prendre des décisions originales et y parvenir.   

 J’ose transformer les paroles du président Kennedy en « ne cherchez pas ce que les grands pollueurs peuvent faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour l’avenir souhaitable de notre pays ! »  

Aujourd’hui, c’est à l’homme, au père de famille que je m’adresse et qui désire certainement un avenir viable pour sa descendance.    

M. Lecavalier rapporte encore que « (…) l’égérie de la cause environnementale Greta Thumberg pourrait le rencontrer si elle le désire : il (M. Legault) sera disponible. »   

Pourquoi passer votre message par le biais des médias alors que vous pouviez l’inviter officiellement à la rencontrer ? 

J’ai l’impression que votre intérêt pour la cause de l’environnement est à son plus bas. J’attendais beaucoup plus du chef de notre Belle Province ! 

En tant que citoyen, je vous demande de reconsidérer votre position, de participer à la manifestation et d’inviter Mme Thumberg à vous rencontrer.  

Marc Bourgault
Sherbrooke