PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE - LA PRESSE Montreal, QUEBEC --- Sujet : Photo de migrants entres au Quebec illegalement via la route Roxham arrivant au poste frontiere de Saint-Bernanrd-de-Lacolle. --- ACTU # 871113

Les réfugiés et la pauvreté au Québec

C'est une erreur, à mon avis, d'opposer l'aide aux réfugiés haïtiens et la lutte contre la pauvreté au Québec. Lorsqu'on parle de pauvreté et de misère au Québec, il est question de pauvreté relative. Il faut chercher les causes et les solutions de ce problème du côté de notre répartition des richesses et des inégalités sociales. Où sont les braves décidés à appuyer des politiques de revenu garanti et de luttes aux inégalités? Le cas des réfugiés qui ne veulent pas retourner en Haïti est un cas de pauvreté absolue et de dénuement total à la suite d'un cataclysme naturel. Si notre voisin passe au feu, nous n'allons pas nous demander si nous avons dépassé notre budget d'épicerie.
Je suis sûr que si nous décidions d'héberger les sans-abri et les personnes démunies du Québec dans les stades et lieux publics, il s'en trouverait pour s'en scandaliser et déplorer que ces gens vivent à nos dépens. On irait probablement jusqu'à dire que le sort de réfugiés est bien pire et que c'est là la vraie misère.
Nous sommes probablement victimes de l'obscurantisme et de la bêtise d'un Donald Trump qui veut faire plaisir à ces partisans en colère (...) et menace d'expulser ces réfugiés. Nous et les réfugiés sommes aussi victimes de passeurs charognards qui moyennant de l'argent reconduisent ces gens à nos frontières (car les réfugiés ne viennent pas à pied). Certes, il faudra que le pays que nous n'avons pas s'attaque à cette question diplomatique avec son peu de moyens afin d'éviter que nous soyons dépassés. Mais en attendant, cessons de tirer sur ces victimes que sont les réfugiés. En agissant ainsi, nous nous mettons au même niveau d'insensibilité, de panique et de bêtise que ceux qui ont causé cet exode humain.
Claude Forgues, Sherbrooke
M. le député, votre position s.v.p.
Monsieur Ghislain Bolduc, député de Mégantic
En tant que député de la circonscription de Mégantic à l'Assemblée nationale et en tant que représentant de tous les citoyens de cette circonscription, comment expliquer qu'après quatre ans vous n'ayez pas encore pris position de façon claire sur le projet de voie de contournement? C'est pas compliqué d'émettre votre opinion. Ne pas le faire, alors que tous les autres représentants politiques se sont prononcés, ça regarde assez bizarre! Y a-t-il une commande politique de haut niveau? Donc vous êtes pour ou vous êtes contre?
Jean Paradis, Marston