Les coûts du gel de taxes en 2018 que M. Lussier n’a pas découvert

(...) J’ai lu avec intérêt dans La Tribune les déclarations du candidat à la mairie de Sherbrooke, M. Steve Lussier, pour financer le gel de taxes en 2018.

Bien qu’il eût mentionné qu’il fallait « d’abord et avant tout faire les bons choix », je pense que son approche est erronée et pourrait induire en erreur.

Hormis un hypothétique revenu de la vente de nom du Centre de foires, toutes les autres « marges de manœuvre découvertes » par M. Lussier se situent toutes au niveau du budget d’investissement. Autant dire qu’il se trompe de cible car le gel de taxes impacterait en premier lieu le budget de fonctionnement et couper uniquement dans les investissements reviendrait soit à couper dans les services, soit à piger dans l’excédent cumulé pour équilibrer le budget de la ville en 2018.

Sur la base des chiffres du budget 2017, les revenus de taxes sont estimés à 177 M$. Avec un IPC de 1,5%, ce sont 2,7 M$ de manque à gagner dans les revenus de la Ville que représentera le gel des taxes en 2018. Avec les mêmes chiffres 2017, il y a environ 100 M$ de rémunération et 27,5 M$ de charges sociales. Ce 127,5 M$ est hors contrôle et va augmenter en 2018 d’au moins 3%, soit 3,8 M$. Il y a aussi 55 M$ de frais de financement et de contrats location-acquisition hors de contrôle aussi. 

Il y a par ailleurs 33 M$ de contributions aux organismes et associations essentiellement constituées de salaires qui ne seront pas impactés par les coupes de M. Lussier et qui vont aussi augmenter de 2 à 3% soit 0,9 M$. Le seul bloc contrôlable est constitué des dépenses pour achats de biens et services, estimé à environ 73 M$ et c’est l’unique marge de manœuvre qu’aurait M. Lussier.

Après ces rapides calculs, on en vient à ce que M. Lussier devrait aller chercher une économie de 2,7M$+3,8M$+0,9M$ = 7,3 M$. C’est une économie de plus de 7,3 M$ qu’il faudrait réaliser pour le budget 2018 et qui ne pourrait être faite que sur le bloc contrôlable de dépenses en achats de biens et de services. Autant dire que le gel des taxes en 2018 ne pourrait être en toute logique réalisé sans dégrader le service aux citoyens et/ou sans aller piger 7,3 M$ dans l’excédent cumulé de la Ville.  

Abdel Jalil Azzane, Sherbrooke