Que Dieu existe en vrai ou que cela ne soit que la plus grande des fabulations de l'histoire humaine, il n'en demeure pas moins que la problématique des cimetières est une question citoyenne qui relève des droits et libertés et non des perceptions d'une religion ou d'une autre.

Les cimetières où enterrer nos différences

Que Dieu existe en vrai ou que cela ne soit que la plus grande des fabulations de l'histoire humaine, il n'en demeure pas moins que la problématique des cimetières est une question citoyenne qui relève des droits et libertés et non des perceptions d'une religion ou d'une autre.
Les Chartes des droits garantissent à chacun la liberté de choisir un culte et de le pratiquer dans le respect de la loi et sans atteinte aux droits des autres. Le choix d'un cimetière ou d'un autre relève de la décision que le citoyen peut prendre en fonction de ses croyances et de ses convictions. Ceci comme pour toutes les libertés qui caractérisent une société de droit.
Est-ce que les musulmans ont le droit d'inhumer leurs dépouilles selon leurs rites et rituels? Sont-ils citoyens à part entière? Jouissent-ils des mêmes droits, libertés, obligations et devoirs que tous les autres citoyens?
Pourquoi a-t-il fallu attendre que les musulmans se manifestent pour parler des cimetières laïcs ou multifonctionnels?
La logique et le raisonnement rationnel voudraient qu'on puisse permettre aux musulmans d'avoir les mêmes droits que les autres citoyens ayant d'autres confessions, puis on pourrait parler de la pertinence d'un cimetière laïc, multifonctionnel ou interconfessionnel (...).
Jusqu'à aujourd'hui, la pratique usuelle était que les juifs et les catholiques avaient accès à leurs propres cimetières confessionnels. Personne ne parlait d'autres choses.
Mourir est un moment important qui clôt la vie d'un citoyen et celui-ci a bien le choix entre la crémation, l'inhumation, la plongée en océan et même, paraît-il la cryogénie. Il peut, en outre choisir les rituels et les lieux où être enterré : cimetière juif, catholique, chrétien autre que catholique et pourquoi pas musulman.
Je suis tout à fait d'accord, même que je privilégie l'existence de cimetières laïcs ou multiconfessionnels pour les gens qui ont le droit de ne pas être représenté par un culte quand on les met en terre. Des cimetières non affiliés à aucune confession. Toutefois, en démocratie, on devrait laisser le choix à l'individu. C'est d'abord, une prérogative individuelle, une question de droits dans une société de droit qui ne hiérarchise pas le concept de citoyenneté et qui laisse le choix au citoyen.
Ouvrons des cimetières laïcs pour des gens comme moi, mais permettons aux autres de choisir le lieu de leur inhumation.
Majid Blal, Sherbrooke