Selon l’auteur de cette lettre, un Fred Pellerin, c’est rare comme de la marde de pape.

Le Saint-Élie-de-Bernadette à Fred!

OPINIONS / Dans La Presse + du 12 octobre dernier, la chroniqueure Isabelle Hachey a signé un excellent papier pour illustrer la bisbille qui se passe à Saint-Élie-de-Caxton, le village de Fred Pellerin. Elle a emprunté un style de parlure «à la Fred» pour imager l’invraisemblable qui se passe dans le bled du conteur le plus populaire au pays.

Je poursuis dans sa pensée...

Un Fred. C’est comme un lingot d’or trouvé dans une place. C’est rare comme de la «marde de pape»!

Quand t’as «ça» dans ton village, tu y fais gros gros attention.

Ben oui. On le sait ben qu’il y a deux côtés à une médaille.

Mais quand su’ un bord de la médaille, t’as la ‘tite face à lunette à Fred, eh ben mon cher monsieur

Tu fais pas exprès pour chier sur le bord de la face! Tu fais avec les petits travers de la belle tite-face.

Et avec ses amanchures d’artiste compliquées des fois.

Ben oui des artistes. C’est comme ça. Et c’est beau de même.

Les grands artistes, c’est fait d’émotions, de mystérieux et d’enchantements.

Des fois leur sensibilité égratigne leur humeur. Mais c’est fait comme ça un artiste.

Et quand ils sont géants comme «le Fred», les artistes ça peut tomber dans le silence pour ne pas se faire trop de peine non plus.

Si tu comprends pas ça ou si t’acceptes pas ça, Scram de là!

Attache-toi les pattes aux fesses. Ben serrées avec de la broche à clos, et scram plus vite encore!

Sinon, tu vas faire péter au frette le beau Saint-Élie de notre Mauricie!

Essaie pas de faire ton fin finaud en tricotant toutes sortes de raisons.

De toute manière, sans le Fred International, tu n’aurais eu rien à nous expliquer. Parce qu’on n’en parlerait même pas comme on parle aujourd’hui, de ton Saint-Élie de Caxton.

Sans le Fred original et ses contes purs comme une eau de roche, les paparmanes bourgeonneraient même pas dans l’arbre de ton village réinventé.

Et tu sais que c’est rare de nos jours des villages réinventés comme le nouveau Saint-Élie dans le comté de Maskinongé. La solidarité ça pousse pas dans les arbres! Je te le dis.

Sans «Le Fred», les lutins dormiraient pas mal juste dans leur boîte en carton en attendant que Noël arrive.

Sans «Le Fred», Saint-Élie s’enorgueillirait pas mal juste de son beau calvaire sur la butte du village.

Mais là Saint-Élie est pas mal juste «en calvaire»

Parce qu’on vient d’échauder le Petit Prince de la place.

Ça sent le «pas d’allure» à plein nez. Ça sent la petite politique de village d’esprit de clocher! Ça sent le caca de politiciens déguisés en petits lutins!

Quand on a un Fred dans un village, on apprend à vivre avec cette rareté-là! Et c’est pas tout le monde qui peut comprendre ça de la rareté humaine de même.

Ça fait que. Il faut y faire ben ben attention.

Et si t’as pas appris le langage de l’âme avec les mots du cœur que ça prend pour échanger et jaser avec «un Fred», fais autre chose de plus utile dans la place.

Mais dirige-la pas la place! Scram une troisième fois! Et laisse les sensibles comme lui se rassembler ensemble pour continuer à créer et faire du merveilleux dans la paroisse.

Pis toi! Scram une quatrième fois. Sois utile dans ce que t’es bon. Honore Saint-Élie!

On ne veut plus savoir si tu as raison. On ne veut plus savoir qui a raison. Ça va servir à quoi d’avoir raison? À qui hein?

La seule affaire raisonnable là-dedans, c’est de rendre «Le Fred» heureux. Heureux et libre dans le Saint-Élie de sa «légendée grand-mère Bernadette»

Et c’est pas un fou «le Fred»! Comme on dit par chez nous, y va s’amancher pour que ça reparte cette affaire-là.

Parce qu’il le sait bien «Le Fred».

C’est un artiste «Le Fred» à sa grand-mère. Autrefois la rassembleuse! C’est un rassembleur lui itou.

Tout ce qui veut, c’est que le Saint-Élie-de-son-coeur survive à lui-même!

Mais pour ça, il faut lui laisser raconter amoureusement la suite de l’histoire! Avec tout son monde. Et son monde imaginaire.

Pas l’écœurer. L’écouter baswell!

Et c’est le meilleur au monde pour inventer l’après du Saint-Élie-de-Bernadette à Fred.

Et pis toi. Comme ça se chante dans le Rapide-Blanc, «Sacre donc ton camp ben hardiment...»

Daniel O. Brouillette

Saint-Narcisse