Le party est fini !

Prendre part à la manifestation pour la planète vendredi m’a fait beaucoup réfléchir. Voici ce que j’ai compris.

C’est comme si nous étions sur le party depuis 50 ans. Nous sommes dans une grande maison, la Terre, qui nous a accueillis gratuitement. Elle se partage entièrement, fournissant à manger et à boire à volonté pour qu’on ait ben du fun.

On met le bordel bien comme il faut. On salit en masse, on se laisse traîner : il y a des bouteilles vides partout dans la maison, on écrase nos mégots dans le tapis, on laisse traîner nos assiettes à moitié vidées, c’est pas grave! Notre maison est grande, il y a de la place en masse.

Mais il y en a qui ont commencé à faire le party encore plus fort que d’autres… Voyez‐vous, l’argent et la cupidité est une drogue très puissante qui provoque la dépendance… En fumer ou s’en piquer est vraiment euphorisant… On dirait que le monde nous appartient, on n’a plus d’inhibition, on se croit maître du monde.

Et puis tout d’un coup, au bout de 50 ans : « Papa, maman, c’est assez là, lève‐toi, le party est fini. » Le réveil est vraiment brutal.

Certains se lèvent et commencent à ramasser. D’autres, encore étourdis, se lèveront peut‐être, mais ont besoin de plus ou moins de temps pour vraiment réaliser ce qui vient de se passer. Finalement, il y a ceux qui n’ont aucun intérêt à ce que la fête s’arrête, car leur stock de drogue diminuera exponentiellement (...)

Dites‐moi, sommes‐nous capables de regarder nos enfants dans les yeux aujourd’hui, là, maintenant, pour leur dire qu’on ne veut pas les aider à ramasser notre bordel? Qu’on ne veut pas être à leur côté pour exiger un changement de système de la part de nos dirigeants? Que c’est leur problème et qu’ils doivent tout nettoyer tout seuls? Qu’ils sont naïfs et que c’est un rêve impossible? En bons parents que nous sommes, c’est vraiment ce qu’on veut leur dire?

À cette heure où nous accusons cette génération de profiter de la légalisation du pot, ils sont moins buzzés que nous autres.

Ne laissons pas le conflit s’installer entre nos générations. Le party est fini. C’est l’heure du ménage.

Nathalie Morissette
Sawyerville