Le palmarès d'écoles, cégeps ou universités sont-ils orientants?

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
La Tribune

Lorsqu’un étudiant ou une étudiante consulte un conseiller d’orientation (c.o.) et demande : « Quelle institution offre le meilleur programme en administration? », ses réponses pourraient ressembler à :

« Qu’aimerais-tu développer comme compétences dans ce domaine? », « Que connais-tu des différences entre les institutions offrant ce programme? », « Selon toi quels sont les avantages ou inconvénients qui pourraient influencer ton degré d’engagement? », « Quel programme auras-tu plus le goût de défendre lorsque tu te présenteras en entrevue d’embauche? ». À cette dernière question, répondre « celui qui était no1 au palmarès 2018 » semblerait bien mince pour convaincre un employeur.

Le programme de formation d’une institution a des avantages et des inconvénients relatifs aux besoins toujours uniques d’une personne. Il est impossible d’établir indépendamment des besoins particuliers d’un individu si une institution assurera un succès mieux qu’une autre. Il n’y a pas de meilleur programme d’études en soi, mais seulement un bon programme d’études pour soi. Autrement dit, un choix de programme d’études dépend d’une multitude de facteurs à analyser avec la personne qui va s’y investir.

Accompagner la personne à mieux définir sa connaissance du monde des études et du travail pour effectuer un choix qui fait du sens pour soi est au cœur du travail d’un conseiller en orientation.

Nous suggérons fortement de procéder à un questionnement de fond avant de consulter un palmarès d’institutions. Se fier que sur une réputation pour orienter un choix d’études n’a rien d’aidant pour engager le potentiel d’un étudiant en meilleure connaissance de sa cause. Les formules « prêtes à penser » ne responsabilisent pas la personne puisqu’elles remettent entre les mains d’autorités extérieures des ancrages de motivation qui doivent se forger à l’intérieur de soi.

Les conseillers d’orientation ne préfèrent donc pas se prononcer sur la valeur d’une institution en soi et valorisent plutôt un positionnement assumé de l’étudiant pour favoriser son réel engagement.  

Tania Milani
Présidente de l’Association des conseillers d’orientation au collégial

Érick Beaulieu
Porte-parole de l’Association des conseillers et des conseillères d’orientation du privé

Chantal Lepire
Présidente du conseil d’administration de l’Association québécoise des professionnels du développement de carrière

Luc Gélinas
Président de l’Association des conseillères et des conseillers d’orientation du réseau
scolaire du Québec