Le milieu environnemental encore laissé pour compte

À la suite du dépôt du budget du ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, des organismes environnementaux constatent, encore une fois, que le gouvernement ne se donne pas les moyens de ses ambitions ou de ses prétentions en éducation et en information en matière d'environnement.
Non seulement le ministère de l'Environnement voit ses crédits diminuer de plus de 3 %, mais ceux dévolus aux organismes sans buts lucratifs fondent de près du quart.
« Pour conserver les emplois, le gouvernement investit massivement dans les entreprises, mais, pour préserver notre environnement, aucun investissement n'a été prévu pour les groupes environnementaux, pire, on coupe drastiquement le peu qui existe encore », fait ressortir Jérôme Normand, directeur d'Environnement Jeunesse.
Si les conseils régionaux en environnement et les organismes de bassin versant se font couper de 10 %, aucun investissement n'est encore prévu pour les organismes communautaires en environnement qui doivent depuis des années négocier à la pièce et sur du court terme des ententes qui ne répondent que très partiellement à leurs besoins.
« Pour leur mission, l'ensemble des groupes communautaires en environnement a reçu l'an dernier 250 000 $ à se partager, alors que les besoins de l'ensemble des organismes de ce secteur ont été établis à plus de 20 millions $! », précise Anipier Maheu, coordonnatrice générale par intérim du Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE).
Ces groupes rappellent qu'il existe pourtant des sommes dédiées pour apporter un soutien financier aux organismes sans buts lucratifs oeuvrant dans le domaine de l'environnement - notamment dans le Fonds vert -, mais que leur distribution se fait de façon anarchique et imprévisible.
Charlotte Cordier, coordonnatrice générale
Cyclo Nord-Sud
France Levert, présidente
Réseau québécois de femmes en environnement
Karel Ménard, directeur général
Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets
Jérôme Normand, directeur
Environnement Jeunesse
Anipier Maheu, coordonnatrice générale par intérim
RQGE