Le Canada doit agir vite pour Bombardier

Bien des gens ont beau s'époumoner qu'au Canada, il est important d'innover pour amplifier notre progression socio-économique, mais dans le cas du projet de la C séries de Bombardier, Ottawa est plutôt lent à ouvrir ses goussets pour la meilleure réussite de cet important projet innovateur.
À l'échelle mondiale, le Canada a une cote D en matière d'innovation...et comme le fait d'innover comporte de grands risques pour une entreprise, les Canadiens et
l'entreprise Bombardier sont en droit de s'attendre, tout comme l'a fait le gouvernement du Québec, qu'une firme audacieuse de chez-nous - puisqu'en aéronautique, il faut
beaucoup d'audace - voit le gouvernement du Canada participer lui aussi. L'extraordinaire défi doit être un fier succès pour notre pays et ce, sans compter ses volumineuses
répercussions financières. En Europe et aux États-Unis, en aéronautique, il y a souvent des retards dans la planification, et les pays concernés n'hésitent pas à soutenir cette
industrie sous diverses formes dont celle du financement.
Un adage dit « être indispensable est préférable à être important ». Ainsi, la C séries est uniquement et mondialement indispensable de par ses qualités en termes de bruit et
de consommation de combustible entre autres.De grandes compagnies aériennes, telles que SwissAir, Delta Airlines, Air Canada, ont fait d'importantes commandes pour en acquérir.
Réjean Beaudoin, Sherbrooke
Trop de sucre
Après avoir entendu les suggestions de supprimer les petits dessins de personnages, (Goofy, Mickey Mouse, Donald le canard et autres) sur les boîtes de céréales, et autres produits de consommation dont les publicités s'adressant de façon indirecte aux enfants, je n'ai pu m'empêcher de réaliser le ridicule de la chose. Est-ce que ce sont ces personnages qui nuisent à la santé des enfants?
Ne pourrait-on pas aborder le problème de l'embonpoint par le bon bout?
Il me semble qu'abaisser la quantité de sucre dans les aliments aurait encore plus d'effet. À l'heure où l'on parle des démonstrations des effets néfastes des aliments de plus en plus ''trafiqués'', pourquoi s'en prendre au problème par le mauvais bout? Encore une fois, le gros bon sens semble ne plus exister.
Jean-Jacques Dubois, Sherbrooke