Premier joueur québécois à faire partie d’une équipe gagnante du Super Bowl, Laurent Duvernay-Tardif fait figure d’exception et suscite l’admiration.
Premier joueur québécois à faire partie d’une équipe gagnante du Super Bowl, Laurent Duvernay-Tardif fait figure d’exception et suscite l’admiration.

Laurent Duvernay-Tardif ira-t-il à la Maison-Blanche?

POINT DE VUE / Premier joueur québécois à faire partie d’une équipe gagnante du Super Bowl, Laurent Duvernay-Tardif fait figure d’exception et suscite l’admiration.

En annonçant sa décision de ne pas participer à la prochaine saison de la NFL, Laurent Duvernay-Tardif dit «suivre ses convictions», une décision qualifiée de «chevaleresque» par La Presse parce que motivée par l’abnégation, la générosité envers ses concitoyens et une fidélité à ses principes... 

Désormais, il sera difficile de trouver meilleur exemple à suivre en matière de cohérence entre paroles et geste… une façon sans équivoque d’incarner le principe d’intégrité personnelle «Walk your talk!».  

Avec un parcours aussi remarquable, l’enjeu est toutefois considérable: non seulement LDT est-il au zénith de sa carrière, mais il appartient à une équipe promise à des années de succès. Les conséquences de sa décision se traduiront inévitablement par des pertes importantes. 

«En disant au revoir au football pour la prochaine saison, LDT livre un message fort à tous les Québécois qui admirent son cheminement.»  Et si, comme le mentionne La Presse, «les athlètes aux idées fortes sont en mesure d’utiliser leur tribune pour faire entendre leur voix au-delà de la surface du jeu», il sera intéressant de voir si ce dernier acceptera ou refusera l’invitation faite par le président des États-Unis qui reçoit traditionnellement, à la Maison-Blanche, les équipes sacrées gagnantes dans leurs championnats professionnels respectifs.

Car, face à un président qui a banalisé l’impact de la pandémie et qui l’a géré d’une façon aussi incohérente que chaotique… face à un président qui ne cesse d’attiser les divisions raciales, l’occasion est belle pour Laurent Duvernay-Tardif de suivre de nouveau ses convictions et d’envoyer un autre message fort.

Un message qui aurait le mérite non seulement d’inspirer une génération de jeunes qui en ont fait leur modèle de droiture et de réussite, mais de représenter une majorité de Québécois qui rêveraient de faire un pied de nez à Donald Trump…