L'aéroport de Sherbrooke : un non-sens

Depuis quelques années, un certain nombre d'élus s'escriment à doter Sherbrooke d'un aéroport soi-disant international sous divers prétextes plus ou moins bancals. Par le passé, chacun sait que les tentatives d'implantation de lignes aériennes régulières à Sherbrooke n'ont pas été couronnées de succès. Les raisons m'en paraissent fort simples même si j'ai parfois l'impression d'être l'un des rares à les voir.
Les voici donc! Elles sont essentiellement au nombre de deux. Quelles sont les conditions pour qu'un aéroport soit achalandé et rentable. Premièrement, il doit être bien situé avec une population suffisante bien répartie tout autour. Deuxièmement, il doit être bien desservi par des autoroutes et le transport en commun.
Or, l'aéroport de Sherbrooke qu'on pourrait aussi nommer aéroport de Sherbrooke-East Angus ne remplit pas ces conditions. Il suffit de regarder une carte pour se rendre compte qu'il est situé dans un no man's land sans aucun attrait. Mis à part Sherbrooke à l'ouest, qu'y a-t-il à l'est et au sud de l'aéroport : pas grand-chose! Lac-Mégantic et Coaticook, soit quelques dizaines de milliers d'habitants. Au nord, Weedon! Plus au nord Thetford Mines qui étant plus proche de Québec que de Sherbrooke verra naturellement ses habitants aller prendre l'avion à Québec en prenant l'autoroute de la Beauce.
Quant aux habitants de l'ouest de l'Estrie, je ne vois pas pourquoi ils viendraient davantage à Sherbrooke au risque de se rallonger et de payer plus cher leur billet plutôt que de se rendre à Montréal. Pour ce qui est des habitants de la Rive-Sud, oubliez ça! En second lieu, par quoi est desservi l'aéroport de Sherbrooke : la route 112! No comment! Et qu'y aura-t-il comme transport en commun? Un autobus qui prendra 40 minutes sur une route cahoteuse pour se rendre au centre-ville! Tout un service!
Par contre, il existe un aéroport en Estrie qui remplit pleinement les conditions requises : c'est Bromont. Situé à mi-chemin entre Sherbrooke et la Rive-Sud, tout près de l'autoroute 10 et d'une zone touristique fort courue, il pourrait drainer toute la population de l'Estrie et une bonne partie de celle de la Rive-Sud qui éviteraient ainsi d'avoir à prendre les ponts et de se noyer dans les bouchons qui ne manqueront pas encore de s'aggraver lorsque le nouveau pont Champlain et l'échangeur Turcot seront en construction. Cet aéroport pourrait aussi s'inspirer de celui de Mont-Tremblant et attirer des visiteurs étrangers pour des séjours touristiques à haute valeur ajoutée, ce qui ne pourra que stimuler l'économie régionale. De plus, l'implantation de cet aéroport serait une locomotive pour la mise en place d'une liaison ferroviaire rapide Montréal-Bromont-Sherbrooke qui serait bien plus utile à la région de Sherbrooke qu'un aéroport perdu dans un trou.
En résumé, cessons de faire passer l'égo de certains élus en premier et regardons la réalité en face pour ne pas avoir à gaspiller des sommes énormes dans un éléphant blanc qui ne sera jamais rentable. Et bravo au gouvernement fédéral de ne pas embarquer dans ce projet ridicule qui bat de l'aile en partant, sans mauvais jeu de mots! Il ne faudrait pas renouveler l'erreur de Mirabel.
Patrice Cousin
Sherbrooke