Claude Dostie

La saga Claude Dostie - Pierre Tremblay : le ridicule ne tue pas

POINT DE VUE / À la lecture de La Tribune ce matin et suite à la publication sur Facebook d’un commentaire de M. Pascal Cyr, je ne peux croire que le conseil municipal d’une Ville qui se dit ou se croit de l’importance de Sherbrooke puisse s’enliser dans un débat aussi futile pour ne pas dire niaiseux et imbécile, sans compter que ce règlement abusif et cynique concernant les « insultes ou injures » envers des élus n’a aucunement sa place dans notre société, et que le Code criminel canadien contient déjà des dispositions concernant la libelle diffamatoire.

Je ne connais aucunement messieurs Dostie et Tremblay, si ce n’est de vue, et n’ai aucun parti-pris pour l’un ou l’autre. 

Mais il faut que le peuple se lève et conteste énergiquement, par tous les moyens à sa disposition, ce règlement abusif et cynique et le soumette au processus judiciaire. Je suis convaincu que si quelqu’un contestait un tel règlement, celui-ci ne passerait pas le test des tribunaux et serait sans doute déclaré nul et ultra vires, car contraire à la démocratie et aux chartes canadienne et québécoise des droits et libertés de la personne.  

Si certain-e-s élus-élues sont trop susceptibles et incapables de supporter la pression et se mettent à brailler de la sorte sur la place publique en utilisant le bras de la force judiciaire répressive, alors les carottes sont cuites : If you can’t stand the heat, get out of the kitchen. 

Il faudrait dénoncer nommément sur la place publique TOUS-TOUTES les élus-es qui ont manqué de jugement au point de voter, semble-t-il, pour envoyer une contravention à monsieur Dostie pour avoir utilisé le mot kamikaze qui n’était peut-être pas inapproprié dans les circonstances.

Maître Serge Paquin, excellent et expérimenté avocat civiliste et brillant juriste, dont la conjointe est également avocate et ex-greffière de la Ville de Sherbrooke, y va ce matin dans notre quotidien local d’une opinion modérée, prudente, objective, mais d’une valeur indiscutable. Et j’espère que Pascal Cyr sera acquitté en Cour municipale ce 13 février et que Claude Dostie suivra ses traces en contestant.

Quant au président de l’UMQ, M. Demers, ses commentaires sont d’une banalité des plus insignifiantes et tout à fait conformes au genre de rectitude politique inqualifiable qui fait qu’une société stagne dans les bas-fonds de la bêtise et de la peur au lieu de progresser : tsé là, dans le genre tette bin, ça s’pourrà, ça dépend, on l’sait pas, on verra… Quant à la présidente de l’UMQ, madame Suzanne Roy, elle fait preuve d’intelligence et de jugement avec cette excellente réponse : PAS DE COMMENTAIRES! Bravo madame. 

En terminant, pensez-vous que si Me Serge Paquin était encore président du conseil municipal, et Me Isabelle Sauvé encore greffière, on serait aujourd’hui dans un tel bourbier nauséabond? Poser la question, n’est-ce pas y répondre?

Vais-je recevoir une contravention pour abus d’honnêteté et de franchise? Merci.


Yves O’Bready
Sherbrooke