La force d’une équipe, la force d’une ville

Ces dernières années, j’ai eu la chance d’être un observateur aguerri de la scène politique sherbrookoise et d’y apprécier les bons et les moins bons coups.

Dimanche dernier, c’est toute une leçon que l’électorat sherbrookois a servie à ses élus.

Avec la (malheureuse) réforme des arrondissements et la diminution du nombre de districts ainsi que plusieurs décisions plus ou moins heureuses prises ces dernières années, des changements étaient cependant inévitables.

Le plus gros changement demeure sans doute celui du plus haut magistrat. Outre un sondage maison pas forcément représentatif, peu de gens avaient vu venir ce coup de théâtre, malgré une grogne palpable et l’accumulation de bourdes par le Renouveau Sherbrookois durant la campagne. Arrive donc en poste un nouveau maire, 100% novice de la vie politique et de la gestion d’une ville, qu’on doit toutefois reconnaître comme rempli de bonnes intentions.

Mon propos s’intéressera ici à un concept: le travail d’équipe. De fait, monsieur Lussier dit être entouré d’une bonne équipe, une équipe qui a su le guider et l’accompagner jusqu’à la victoire, une équipe qui restera en tout ou en partie dans son entourage au cours de son mandat. 

Quoi qu’il en soit, il faudra maintenant que Steve Lussier accepte le résultat du vote populaire qui fait en sorte que désormais, son équipe se trouve formée des 14 élus qui le rejoignent à l’Hôtel de Ville. 

Ayant tout à apprendre, il importe qu’il reconnaisse la valeur de cette équipe, complémentaire à celle de tout l’appareil municipal, car être le maître d’oeuvre de la gestion d’une ville n’est pas un travail qui peut s’effectuer derrière des portes closes, tout comme une municipalité n’est pas une entreprise privée où l’on peut, soi-même, tirer la majorité des ficelles.

L’idée n’est pas non plus de créer un comité exécutif à sept membres et de travailler essentiellement avec ceux-ci, faisant en sorte que les autres élus sont plus ou moins impliqués, voire nécessaires, quant aux destinées de la ville.

Dimanche dernier, les Sherbrookoises et les Sherbrookois ont envoyé un message clair à la classe politique: écoutez-nous, considérez-nous, et travaillez en harmonie. Ce message, notre nouveau maire doit l’entendre et doit le porter. C’est ce que tout le monde désire pour Sherbrooke.

Vincent Beaucher, Mouvement Sherbrooke Démocratie