Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
IBM a ouvert en 2020 son premier Espace IBM Q au Canada à l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke grâce à un  investissement du ministère québécois de l’Économie et de l’Innovation.
IBM a ouvert en 2020 son premier Espace IBM Q au Canada à l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke grâce à un  investissement du ministère québécois de l’Économie et de l’Innovation.

La décennie de la technologie quantique

Point de vue
Point de vue
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’informatique quantique est sur le point de provoquer un changement de paradigme. Mais pour s’assurer que le Québec tire parti de ce point d’inflexion, les acteurs évoluant au sein du gouvernement, de l’industrie et du milieu universitaire doivent travailler main dans la main afin d’étendre l’accès aux technologies quantiques de pointe, de soutenir le développement des compétences et d’encourager la collaboration dans les secteurs les plus prometteurs.

Dans un rapport de 2017 du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), le gouvernement fédéral a fait part de son intention de devenir le chef de file mondial de l’informatique quantique. 

Une analyse économique effectuée au cours de la même période a estimé que, d’ici 2030, l’industrie nationale des technologies quantiques pourrait valoir 8,2 milliards de dollars et employer 16 000 personnes. 

D’ici 2040, période au cours de laquelle on s’attend à ce que le taux d’adoption des technologies quantiques atteigne 50 pour cent, cette industrie pourrait devenir un secteur d’activité d’une valeur de 142,4 milliards de dollars, et créer 229 000 emplois.

Nous investissons dans la recherche quantique depuis de nombreuses années et IBM a ouvert en 2020 son premier Espace IBM Q au Canada à l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke.  Cette initiative a été rendue possible grâce à un investissement du ministère de l’Économie et de l’Innovation du gouvernement du Québec. 

Notre équipe conjointe composée de spécialistes de l’informatique quantique travaille en collaboration avec des chercheurs et des entreprises nationales telles que CMC Microsystems afin d’offrir un accès dans le nuage aux systèmes quantiques les plus avancés de la planète. Cette approche collaborative est notre façon de nous assurer que les Québécois et l’ensemble des Canadiens seront prêts lorsque l’informatique quantique révolutionnera les différents secteurs d’activités d’un océan à l’autre.

Grâce aux investissements continus dans la recherche consentis à l’Université de Sherbrooke et à d’autres instituts situés entre autres à l’Université de Waterloo et à l’Université de la Colombie-Britannique, le Canada a été classé au cinquième rang parmi les pays du G7 en ce qui concerne le montant total des dépenses consacrées à la science quantique et au premier rang par habitant en termes de recherche quantique dans un rapport de McKinsey de 2019.

Quatre actions clés

Pour que le Québec devienne un leader commercial en matière d’informatique quantique, les parties prenantes doivent concentrer leurs efforts sur quatre actions clés au cours des trois à cinq prochaines années, la première consistant à attirer un personnel hautement qualifié grâce à une formation universitaire et à des mesures incitatives. Nous devons retenir nos talents et en attirer des nouveaux qualifiés dans le domaine de l’informatique quantique.

Deuxièmement, les gouvernements doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour encourager des collaborations concrètes entre les entreprises de pointe du secteur privé et le monde universitaire, comme l’Espace IBM Q à l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke, afin d’assurer la création d’écosystèmes universitaires et commerciaux durables.

Troisièmement, nous devons développer une expertise plus poussée dans les systèmes hybrides d’informatique quantique et classique, là où les systèmes haute performance existants sont utilisés afin de faire évoluer la recherche et l’industrie vers les applications quantiques au fur et à mesure de l’augmentation des capacités.

Il est également possible de renforcer la position de chef de file occupée par le Québec en fabriquant du matériel et des composants encore plus avancés, et ainsi de sécuriser des maillons importants de la chaîne d’approvisionnement informatique hybride et quantique. Un des avantages pour le Québec est le fait que l’usine d’IBM à Bromont est établie depuis longtemps comme un leader mondial dans la fabrication de matériel, tandis que des entreprises comme SBQuantum à Sherbrooke construisent des capteurs quantiques pour l’industrie aérospatiale.

Ces étapes mèneront à l’hébergement d’ordinateurs quantiques programmables de pointe, de classe mondiale et polyvalents sur le sol canadien, ce qui permettra à l’écosystème au Canada d’accélérer ses recherches, d’augmenter ses occasions d’affaires et de devenir un chef de file en matière de propriété intellectuelle dans de multiples secteurs.

L’ordinateur quantique est prêt à réinventer les mondes des affaires, de la science, de l’éducation et du gouvernement avec des méthodes entièrement nouvelles. Il a fallu de nombreuses décennies à l’informatique classique pour arriver aux actuels services infonuagiques sophistiqués, mais l’informatique quantique peut faire le même bond en avant en seulement quelques années. Nous pouvons y parvenir avec des experts canadiens à la barre et le Québec peut continuer de paver la voie.

Claude Guay
Président et directeur général d’IBM Canada