Point de vue
Ariane DesLions
Ariane DesLions

La 23e édition du Festival des traditions du monde sera virtuelle

POINT DE VUE / Parce que les artistes et les diffuseurs doivent se serrer les coudes plus que jamais pour affronter ensemble cette nouvelle réalité, oser franchir ensemble de nouvelles frontières pour se réinventer afin d’offrir leur programmation sur le web, il m’importe de replacer certains de mes propos qui ont été rapportés dans l’article paru le 23 juillet dernier dans la Tribune.

Je tiens à saluer l’initiative du Festival des Traditions du Monde de Sherbrooke qui a choisi de faire appel à leurs artistes coup de cœur des éditions précédentes pour offrir cette année une édition spéciale virtuelle. Honorée par leur invitation, j’ai malheureusement dû décliner ma participation à titre de « Fabricoleuse de chansons pour enfants » en raison d’un conflit d’horaire. Toutefois, je suis heureuse d’avoir pu collaborer avec l’école de Jeunes Musiciens du Monde Sherbrooke, accompagnée d’une équipe technique professionnelle pour offrir cette année un atelier de danse de Gumboots pour petits et grands au sein de la programmation du festival.  

Cela dit, si j’ai fait le choix déchirant cet été de ne pas offrir mon nouveau spectacle dans aucun festival cet été au format virtuel, c’est aussi parce que nous continuons d’espérer que d’ici peu, nous aurons le plaisir à nouveau de jouer devant un vrai public. En effet, après avoir tenté l’expérience ce printemps à l’occasion de prestations virtuelles, mon équipe et moi avons pu mesurer la complexité de cette démarche qui demande plus de temps et d’énergie pour réussir à livrer une performance de qualité professionnelle. Nous devons nous entourer d’une équipe d’experts pour y parvenir et partager avec eux une grande partie de notre cachet. Les diffuseurs quant à eux sont également privés des revenus de billetterie, tandis que les artisans ne pourront pas profiter de la présence des festivaliers pour vendre leurs produits cette année.  

Si plusieurs artistes de la scène parviennent comme moi encore difficilement à s’adapter à ce nouveau contexte qui soulève beaucoup de questionnements, je crois que nous devons continuer de travailler ensemble diffuseurs et travailleurs.euses de l’écosystème culturel pour explorer de nouvelles initiatives cet été et prendre le temps d’évaluer ensemble les impacts par la suite.   

Je tiens à souligner l’excellente démarche du Festival des Traditions du monde de Sherbrooke qui travaille d’arrache-pied pour offrir les meilleures conditions possible aux artistes d’ici et d’ailleurs. Au plaisir de vous retrouver bientôt dans une salle près de chez vous 

Veuillez recevoir l’expression de mes sons les plus enjoués,

Ariane DesLions, Sherbrooke