Archives La Tribune, Jessica Garneau

Je suis un traître!

POINT DE VUE / Depuis que j’ai publié ma lettre sur les propos de Claude Forgues (NDLR : qui a publié du contenu anti-islam sur sa page Facebook), je suis maintenant le Judas, le Bénédict Arnold du mouvement souverainiste à Sherbrooke.

Je l’aurais poignardé dans le dos. Comme le disait Talleyrand, je n’ai jamais trahi une personne qui ne se soit pas d’abord trahie elle-même. Dans son ensemble, le mouvement souverainiste ne cesse de se tirer dans les pieds, de se donner en spectacle depuis plus d’une décennie en s’entre-égorgeant à la face des Québécois et du reste du Canada qui se gausse de nous. Le mouvement souverainiste, ce n’est plus qu’un carré de sable rempli d’ego meurtrier.  

Lorsque j’ai écrit ce texte, je n’ai fait qu’exprimer mon opinion, ce que je ressens vraiment. Ceux qui me connaissent et qui me lisent savent que je suis contre la loi sur la laïcité. J’estime qu’il s’agit d’une forme de ségrégation envers une minorité. Alors bien entendu, lorsque je lis que Claude Forgues a partagé une publication islamophobe sur sa page, que d’autres candidates ont publié des textes inacceptables sur leur profil, je ne peux pas rester insensible, voire me taire pour des considérations électoralistes.

Depuis les propos malheureux de Jacques Parizeau le soir du référendum de 1995, nous avons l’étiquette de racistes et, depuis quelques années, celle d’islamophobes. S’ils veulent l’indépendance du Québec, les souverainistes vont devoir faire leur examen de conscience et s’interroger sur les préjugés qui minent notre mouvement. En attendant, j’aime mieux être un traître qu’un intolérant. J’aime mieux être un traître et demeurer fidèle à mes convictions. Dans ces conditions, oui, je suis un traître. En terminant, je termine sur une citation de Jacques Chirac qui disait : « On ne trahit pas ce qui n’existe plus. »   

Pascal Cyr
Sherbrooke


+

Voter positivement 

Il faut être « bloqué » idéologiquement pour annuler son vote à cause de propos islamophobes de son candidat du Bloc québécois. Faisant abstraction de ce parti politique, c’est peut-être le NPD qui a le plus sincèrement respecté l’identité des Québécois dans le passé et les autres partis politiques du Canada ne sont pas si loin derrière à ce chapitre.

S’isoler dans la négation ne fait pas avancer la place du Québec sur l’échiquier mondial.

Louis Lemieux
Sherbrooke