Il était temps

ÉDITORIAL / Il en aura fallu du temps mais il faut saluer l’annonce par Ottawa et Québec d’une aide financière de 4 millions $ sur cinq ans pour l’Observatoire du Mont-Mégantic (OMM).

Cette décision permettra aux scientifiques de poursuivre leur mission sans devoir se soucier épisodiquement de la survie de ce centre de recherche en astronomie et astrophysique de calibre mondial.

Ce financement constitue également une reconnaissance de l’importance de la recherche fondamentale.

L’OMM, quatrième observatoire en importance au Canada, est aussi un lieu de formation pour les futurs astronomes et un important moteur économique pour la région.

Cette subvention (2,5 millions $ du gouvernement fédéral et 1,5 million $ du gouvernement du Québec), confirmée mercredi par la ministre du Développement international et députée de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau, de même que par le député de Mégantic, Ghislain Bolduc, met fin à des années d’incertitude pour ces installations propriétés des universités de Montréal et Laval.

La ministre Bibeau honore ainsi sa promesse d’octobre 2015, formulée en pleine campagne électorale fédérale, d’assurer un financement à long terme pour l’OMM.

L’affaire n’est pas banale puisque l’OMM a été confronté à au moins trois reprises depuis 2009 à des coupes budgétaires alors que les conservateurs de Stephen Harper étaient au pouvoir et, chaque fois, le milieu et la communauté scientifique ont dû se mobiliser pour éviter des mises à pied ou même la fermeture.

Au début de 2015, c’est l’intervention in extremis du ministre et député conservateur de Mégantic-l’Érable d’alors, Christian Paradis, qui avait permis à l’OMM d’éviter la fermeture grâce à une allocation temporaire de 500 000 $ pour deux ans d’Ottawa.

Par la suite, le gouvernement Trudeau a octroyé une somme d’un million $ sur deux ans pour le développement scientifique en optique-photonique et l’entretien des installations, mais sans plus.

L’an dernier, le directeur de l’OMM, René Doyon, lançait un nouvel appel à l’aide et demandait aux deux paliers de gouvernement un plan de financement sur cinq ans faute de quoi les installations risquaient à nouveau la fermeture à la fin de 2018.

Si on a maintes fois reproché à l’ancien gouvernement Harper de ne pas respecter les sciences et de sabrer dans le financement de la recherche fondamentale, on peut dire que le gouvernement Trudeau (et le gouvernement Couillard) aura mis passablement de temps avant de passer de la parole aux actes et de confirmer un financement sur cinq ans.

Au dire de la ministre Bibeau, cette entente aura nécessité beaucoup de travail avec les partenaires de la région, les universités et l’OMM.

Mais surtout, Mme Bibeau dit reconnaître l’importance de l’OMM en tant que lieu de recherche et d’innovation scientifiques.

On peut ajouter que l’OMM est aussi un centre de vulgarisation scientifique pour le grand public, notamment avec le Festival d’astronomie populaire, en juillet.

Il est impératif de soutenir la recherche scientifique même si cela ne donne pas nécessairement de résultats à court terme ni ne génère des retombées économiques rapidement.

En plus de permettre de conserver une masse critique de chercheurs de haut calibre dans ce domaine, l’OMM contribue à bien positionner le Canada en astronomie et astrophysique.

Et cela se passe ici en Estrie.

Il est plutôt aberrant qu’au cours des dernières années ce centre de recherche ait eu à se battre pour obtenir un financement adéquat et à dépendre du bon vouloir des politiciens.

L’annonce de mercredi constitue donc une victoire pour la communauté scientifique et pour la région.