Jacques Parizeau

Honorons un grand homme

Il y a quelques jours à peine s'éteignait l'un des plus grands hommes d'État que la nation québécoise ait connus. Architecte de la Révolution tranquille puis de l'émancipation économique francophone, Jacques Parizeau a forgé d'une main de maitre le Québec d'aujourd'hui.
Toujours fidèle à ses convictions, il a su voir grand et a fait du rêve d'affirmation de tout un peuple le combat de sa vie. Aujourd'hui, le monde politique est en deuil. Souverainistes comme fédéralistes vantent les exploits de ce grand bâtisseur et reconnaissent en lui un homme d'exception.
On reconnaît à l'unanimité la valeur de l'héritage économique qu'il laisse derrière lui. Déjà, le premier ministre a annoncé que le siège de la Caisse de dépôt et placement du Québec serait renommé Édifice Jacques-Parizeau. Une juste reconnaissance compte tenu de son rôle dans la genèse de cette institution. Un honneur à sa grandeur.
Or, il se trouve que la Ville de Sherbrooke a devant elle une occasion singulière de rendre hommage à monsieur Parizeau. À Rock Forest, un nouveau boulevard verra bientôt le jour. Un boulevard au nom d'un autre personnage incontournable de l'histoire québécoise : René Lévesque.
Sur ce boulevard, à la hauteur de la rue Matisse, se trouvera un vaste parc. Un parc dans lequel s'amuseront les enfants de demain, qui grandiront dans un Québec prospère, héritier pour toujours de l'oeuvre de celui qui nous a quittés.
J'en viens donc à proposer de saisir cette opportunité et de nommer ce nouvel espace vert parc Jacques-Parizeau. N'y aurait-il pas plus belle offrande, plus grand hommage pour ce géant que de l'immortaliser dans la mémoire collective aux côtés de René-Lévesque, afin que, pour toujours, on se souvienne?
Aux grands hommes, la patrie reconnaissante.
Nicolas Rivard
Sherbrooke