Fortin, responsable de la problématique à Argyll?

Je lisais il y a quelques jours avec étonnement un article à l’intérieur duquel la candidate de Québec solidaire dans Sherbrooke, Christine Labrie, tenait le ministre Luc Fortin responsable de la situation calamiteuse du CHSLD Argyll.

Franchement!

Si je ne suis pas libéral, je connais M. Fortin. Avant d’être un homme politique, un ministre, c’est d’abord un père de famille et une personne profondément humaine. S’il avait pu appliquer une solution magique afin de régler le problème, pensez-vous vraiment qu’il ne l’aurait pas fait? Pensez-vous vraiment qu’il aurait laissé tomber ceux qui ont contribué à bâtir le Québec d’aujourd’hui?

Les problèmes qui assaillent en ce moment nos aînés les plus vulnérables dépassent largement la volonté des acteurs et des partis politiques.

Nous sommes depuis plus de 15 ans dans une situation de pyramide des âges inversée. Notre population est vieillissante et elle vieillit vite. Ainsi, il nous faut compter avec une pénurie de main-d’œuvre en matière de préposés aux bénéficiaires, une profession très difficile sur le plan physique et moral.

Certes, il y a des ratés dans certaines institutions, certes, les préposés sont mal payés. Mais je suis persuadé qu’il y a aussi des CHSLD où les services sont excellents. En ce sens, je sais que la majorité de nos préposés sont dévoués à la tâche et de ce fait, je me refuse à voir tout en noir. Notre système de santé est un navire qui prend l’eau. Même si on réussit tant bien que mal à colmater les fuites, il y a trop de gens à l’intérieur du bateau.

En attendant que les canons de la campagne électorale commencent à tonner, que les boulets sifflent aux oreilles des candidats(es), j’attends d’eux de vraies solutions pour nos aînés. Il ne sert à rien de montrer du doigt des boucs émissaires. On attend des idées, Mme Labrie, pas des accusations à l’emporte-pièce.

Pascal Cyr
Sherbrooke