Faites bouger les jeunes!

En cette période de campagne électorale, les regroupements estriens pour les saines habitudes de vie tiennent à rappeler un enjeu de santé et d'économie important : la nécessité d'améliorer les habitudes de vie des jeunes Québécois. À l'heure actuelle, les problèmes de sédentarité et de mauvaise alimentation des jeunes sont des enjeux de société importants.
Puisque le taux d'obésité a progressé de 23 % au Québec depuis les années 1990 et que les dépenses en santé attribuables à l'obésité s'élèvent à 816 millions $ par année, nous pensons qu'il est urgent d'agir pour renverser la tendance. La prévalence de l'obésité des 0-17 ans ne cesse d'augmenter, entre autres en raison des avancées technologiques, de « l'étalement urbain », de la baisse du transport actif, de la nature sédentaire de plusieurs loisirs et de la culture de l'alimentation rapide.
D'ailleurs, une étude menée en 2014 par le directeur du mandat de coordination nationale pour la formation sur les saines habitudes de vie, Alain D'Amboise de l'Université de Sherbrooke, indique que pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, les enfants qui viennent au monde ont une espérance de vie moindre que celle de leurs parents en considérant l'épidémie mondiale d'obésité qui sévit. Cette étude nous confirme l'urgence d'agir et de créer des environnements favorables aux saines habitudes de vie.
Nous croyons au pouvoir d'agir des élus. C'est pourquoi nous pensons que vous pouvez contribuer positivement à la santé de la population et surtout à celle de nos jeunes. Des projets de lois favorisant les saines habitudes de vie, des budgets consacrés à l'aménagement du territoire pour favoriser les déplacements actifs, la création et la restauration des parcs pour inciter la population à bouger davantage et une offre alimentaire saine dans les milieux fréquentés par les jeunes ne sont que quelques exemples d'actions qui pourraient concourir à renverser la tendance actuelle.
Faire bouger davantage nos jeunes et les aider à mieux s'alimenter, c'est aussi leur offrir un avenir meilleur en contribuant à leur développement global, à la prévention du décrochage scolaire et à la diminution de la criminalité. Les efforts déployés en faveur des saines habitudes de vie représentent un investissement gagnant pour une communauté en santé et pour un Québec prometteur.
Émilie Pinard, coordonnatrice
Haut-Saint-François en forme
Ainsi que sept regroupements travaillant pour les saines habitudes de vie en Estrie