Et si c'était moi?

Je me permets de vous faire part de mes pensées récentes au sujet de ma soeur Ginette, décédée en 2014 des suites d'un cancer.
Pour vous mettre en contexte [...], les traitements médicaux qu'elle a subis se sont échelonnés sur de longues et pénibles années. Ses traitements de chimiothérapie avaient pour but de la soulager à court et à moyen terme sans toutefois lui promettre la guérison à long terme.
Les traitements, de soulagement de la douleur, comportaient des risques d'effets secondaires tels : diminution du système immunitaire avec tous les risques d'infections associés, possibilité de perte des cheveux, ongles des doigts et ceux des orteils, danger d'embolie pulmonaire, danger d'insuffisance cardiaque, grand état de fatigue, perte de poids, faiblesse généralisée pouvant amener l'incapacité de marcher, danger d'incontinence et perte de la vie sociale dans son ensemble.
Malgré tous ces points négatifs, Ginette a voulu prolonger sa vie sur Terre et a dit oui aux traitements médicaux.
Aujourd'hui, je suis persuadé qu'elle me dirait que si tout cela était à refaire, elle choisirait de ne pas opter pour les traitements médicaux, lesquels ne lui ont pas apporté la qualité de vie et de fin de vie qu'elle aurait souhaitée. Ginette choisirait des traitements à caractère naturel et spirituel qui lui permettraient de garder sa vitalité et sa joie de vivre, quitte à partir plus vite pour le Royaume des cieux.
C'est du moins le « message » que je reçois de ma chère Ginette et je me demande ce que je ferais si c'était à moi de décider aujourd'hui pour moi. L'expérience de ma soeur m'éclaire et je crois que l'on peut allier la médecine traditionnelle avec tous les autres moyens pouvant aider tant la guérison du corps que de l'âme!
Claude Roussel, Sherbrooke