Et les chrétiens du Moyen-Orient?

Dans son malheur, Raif Badawi peut au moins compter sur de nombreuses bonnes âmes qui se démènent pour lui. Il n'y a pas un jour qui passe sans que La Tribune ne nous tienne au courant des démarches entreprises pour sauver le jeune homme. Il a le soutien public de maires, députés, ministres, journalistes, comédiens, animateurs de télévision et d'Amnistie internationale. Sans compter les recteurs et leurs étudiants, les élèves des écoles secondaires et primaires de la région. Tant mieux pour lui et les siens.
Mais je ne puis qu'être surpris et scandalisé par le silence médiatique et l'indifférence de ces derniers devant le sort des dizaines de milliers de chrétiens du Moyen-Orient qui, quotidiennement, subissent discriminations, viols et violences, expulsions ou enlèvements, massacres et conversions forcées à la «pacifique» religion musulmane. Pour eux, pas de campagne de presse, pas de soutien, pas de condamnation des exactions dont ils sont victimes tous les jours. Ils ne sont pas intéressants. Ce ne sont que des chrétiens. Qu'ils crèvent donc sans faire de bruit, sans nous déranger. (...) Et Amnistie internationale s'empresse de se transformer en courant d'air pour ne pas avoir à se prononcer sur le sort de ces gens-là. Il y a de quoi être fier de notre sensibilité à géométrie variable!
François McCauley
Sherbrooke