Élargir la réflexion

ÉDITORIAL / Les jeunes libéraux débattront en fin de semaine, à Sherbrooke, de la création d'un ordre professionnel pour les enseignants.
Leur président, Jonathan Marleau, soutient que la valorisation de la profession d'enseignant a été soulevée à de nombreuses reprises pendant la tournée québécoise, ce qui met la table aux débats annoncés sur le parquet du congrès.
« Ce qu'on souhaite, c'est vraiment valoriser la profession enseignante et non la restreindre », a expliqué au Soleil M. Marleau. « Ce qu'on a beaucoup entendu de nos militants, c'est que l'école est pensée en fonction des gens qui y travaillent alors qu'elle devrait être au service des élèves », a-t-il ajouté. La valorisation du travail des enseignants est très importante. Un ordre professionnel est un élément parmi bien d'autres. Il serait terriblement réducteur de se limiter à cet aspect.
Il faut élargir la réflexion. Dès l'admission dans le programme universitaire de formation, une sélection plus serrée des candidats s'impose. Comment, cela reste à définir. L'éducation ne doit pas être une formation de refuge pour ceux et celles dont les premiers choix ne fonctionnent pas.
Un gouvernement qui veut valoriser les futurs enseignants devrait aussi traiter convenablement les stagiaires. Pourquoi les étudiants ne sont pas rémunérés pour travailler en classe pendant leur formation alors que les futurs informaticiens, ingénieurs, comptables et communicateurs ont accès à des stages rémunérés? La reconnaissance commence bien avant l'obtention d'un poste.
En outre, comment se fait-il que plusieurs jeunes enseignants dans certaines régions sont sur des listes de remplacement pour travailler et doivent attendre près du téléphone le matin pour savoir si une école aura besoin d'eux le jour même sur le territoire de leur commission scolaire? Il est plutôt démoralisant et dévalorisant de vivre pareille situation pendant des mois, parfois des années, avant d'avoir un emploi stable dans son domaine. On a beaucoup fait état du manque d'infirmières et de l'importance de valoriser cette profession pour combler les besoins, mais on a trop souvent négligé les futurs enseignants.
Il faut mieux traiter ceux et celles qui ont fait le choix de prendre en charge l'éducation de nos enfants. Heureusement, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, semble également de cet avis et vise « un vaste chantier » pour mieux soutenir les enseignants.
Cela étant dit, l'approche d'un ordre professionnel pour les enseignants est une idée valable qui doit être examinée dans une perspective globale. L'ordre professionnel peut favoriser la mise en place de meilleures pratiques dans la profession et recommander diverses améliorations au niveau de la formation.
L'ordre professionnel est un outil additionnel pour les parents afin de s'assurer que les enseignants, de façon générale, sont à la hauteur des attentes de l'organisation qui les embauche. Les enseignants sont en lien direct avec les enfants et auront à coup sûr une influence importante sur leur cheminement. Pour cette raison, il faut s'assurer que les enseignants demeurent tout au long de leur carrière avec la même flamme qui les animait au premier jour.
La création d'un ordre professionnel pour les enseignants est un sujet chaud qui soulève bien des débats depuis de nombreuses années. Les syndicats sont contre cette approche en soutenant que le gouvernement a déjà mis en place les mécanismes nécessaires pour protéger les élèves lorsque cela est nécessaire.
Un ordre professionnel ne doit toutefois pas être imposé aux enseignants. Il faut un consensus, ce qui ne sera pas facile. Seule une approche globale incluant tout un panier de mesures peut permettre d'arriver à créer celui-ci.