Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
«Faut-il le rappeler, ce pensionnat était sous la direction de communautés religieuses catholiques qui osaient porter la croix au cou et la malice dans leur cœur. Des êtres cruels dont la mission était d’extirper de ces enfants toute trace de leur origine autochtone», rappelle l'auteur de cette lettre.
«Faut-il le rappeler, ce pensionnat était sous la direction de communautés religieuses catholiques qui osaient porter la croix au cou et la malice dans leur cœur. Des êtres cruels dont la mission était d’extirper de ces enfants toute trace de leur origine autochtone», rappelle l'auteur de cette lettre.

Drame de Kamloops: l’Église catholique est imputable

Henri Marineau
Henri Marineau
Québec
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / J’écoutais le représentant des évêques du Canada lors d’une entrevue réalisée sur les ondes de RDI à l’émission 24/60 du 4 juin, et je n’ai pu m’empêcher de réaliser à quel point il a dû faire des entourloupettes pour se soustraire au devoir de l’Église de s’excuser pour le drame du pensionnat de Kamloops où 215 enfants autochtones ont trouvé la mort dans des circonstances pour le moins nébuleuses.

Nonobstant le fait que l’Église ait entrepris des discussions avec les nations autochtones, je suis d’avis que ces démarches, quoiqu’essentielles, ne compensent en rien pour des excuses tout aussi essentielles, voire incontournables.

Faut-il le rappeler, ce pensionnat était sous la direction de communautés religieuses catholiques qui osaient porter la croix au cou et la malice dans leur cœur. Des êtres cruels dont la mission était d’extirper de ces enfants toute trace de leur origine autochtone.

L’Église catholique s’est toujours montrée rébarbative aux excuses eu égard aux comportements de plusieurs de leurs membres, notamment les sévices sexuels envers des enfants. Encore une fois, l’histoire se répète, et encore une fois, elle se faufile à travers de belles paroles qui ne feront que voiler son imputabilité. La parole appartient maintenant au chef de l’Église, le pape François. Aura-t-il l’humilité de s’excuser au nom de certains membres de son Église?