Pierre Asselin
Le Soleil
Pierre Asselin
Au «Grand comité» mardi devant les parlementaires, le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg a brillé par son absence.
Au «Grand comité» mardi devant les parlementaires, le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg a brillé par son absence.

Devrons-nous casser Facebook?

ÉDITORIAL / Dans un geste sans précédent, des parlementaires de neuf pays, dont le Canada, Singapour, la Belgique, l’Irlande, entre autres, ont tenu mardi à Londres un «Grand comité» pour questionner le patron de Facebook sur l’impact qu’a le réseau social sur notre système démocratique. Mark Zuckerberg n’a pas daigné se présenter, préférant déléguer un représentant pour répondre aux questions.