Destination Sherbrooke : un ménage s'impose

À Sherbrooke, il n'y a qu'une seule destination : le centre-ville! Pour certains, particulièrement les commerçants, le rôle de Destination Sherbrooke, qui paye en grande partie la publicité, est d'attirer le tourisme au centre-ville, car à Sherbrooke, il semble qu'il n'y a que le centre-ville qui est important. Mais, de fait, les citoyens ne sont pas invités, car ils sont trop pauvres...
On semble oublier que ce sont eux qui paient les taxes que certains élus et administrateurs dépensent allègrement. On veut des touristes qui ont de l'argent, quitte à laisser les citoyens marcher autour du lac des Nations. Pourtant, les restaurateurs rapides ont compris depuis longtemps qu'ils font leur argent avec la masse et grâce à des prix compétitifs. Offrir des activités ou des produits hors de prix pour la majorité des citoyens est faire fausse route.
Depuis que je demeure à Sherbrooke, des millions de dollars ont été dépensés pour supposément revitaliser un centre-ville déjà à l'agonie depuis des dizaines d'années. N'oublions pas que pour certains, le centre-ville ce n'est que la rue Wellington Nord, une portion de la rue Frontenac, de la Wellington Sud et de la King Ouest. On laisse construire de grandes surfaces à l'extrémité de la ville et l'on s'étonne que les citoyens délaissent les commerces du centre-ville!
Ne perdez donc pas votre temps et notre argent à investir dans un centre-ville inexistant. Sur la rue Wellington Nord, il n'y a que quelques restaurants haut de gamme, le Théâtre Granada, des bureaux et quelques commerces d'importance. Où est l'épicerie, la pharmacie, la quincaillerie, la cordonnerie, etc.? On critique la venue d'un spectacle de musique country qui s'annonce plus rentable que les expériences précédentes. N'en déplaise à certains, il est clair qu'il se dégustera davantage de poutines, car les gens en auront plus pour leur argent.
De plus, on a installé des parcomètres intelligents pour vous distribuer des billets d'infraction, sans parler d'une pénurie d'espaces de stationnement.
Il est temps de faire l'autopsie de Destination Sherbrooke.
Il est faux de prétendre qu'en changeant de présidence cela règlera les problèmes. On va donner sous peu une prime supplémentaire à un élu pour jouer le rôle de président afin de dépenser le plus rapidement possible une partie de l'économie faite avec la réduction des conseils d'arrondissements. Le fait qu'il ou elle soit payé n'améliorera pas la situation.
Il faut faire des changements en profondeur!
Autre problème : au Centre de foires, un petit repas (sandwich, frite et boisson) coûte 15 $. Sans doute que le loyer du commerçant est trop élevé afin d'offrir des repas à des prix raisonnables (comme au Marché de la gare)! De plus, pour vous rendre à une chambre d'hôtel à partir du Centre de foires, vous avez l'impression de changer de ville!
Élus et administrateurs de comités ou d'organismes paramunicipaux, profitez donc du printemps pour faire un beau grand ménage! Les citoyens sont tannés de se faire exploiter.
Jacques Vigneault
Sherbrooke