Jean de La Fontaine

Démocratie : servir ou se servir

Mes enfants et mes petits-enfants expriment une grande anxiété depuis l'élection américaine. Ayant eu le privilège de poursuivre des études graduées en administration publique à l'Université de New York, je ne partage pas les craintes qui sont exprimées dans les médias parce que je connais les innombrables mesures dites de « Check and Balance » qui diminuent grandement les risques de toute initiative personnelle des hauts dirigeants de l'État, même celles d'un président.
En utilisant les propos de Jean de La Fontaine dans mon entourage immédiat, j'ai pu constater leur efficacité à réduire les peurs découlant de toutes formes d'incartades qui pourraient ressembler à celles dont on a été les témoins pendant la campagne électorale.
C'est dans cette perspective que je vous soumets ce texte.
Maître Corbeau, dans sa haute tour d'ivoire perché
Se demandait dans quoi de mieux il pourrait bien se loger.
Le peuple, fin Renard, soucieux d'une démocratie renouvelée,
Lui tint à peu près ce langage :
Eh! Bonjour Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli! Que vous me semblez beau!
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie.
Et grâce à sa popularité, rallie facilement une majorité.
Le Peuple, toujours fin Renard, lui dit alors,
Vous serez certes locataire de notre Blanche Maison,
Mais en respectant toutefois notre Constitution, « Nous le peuple » en demeure toujours le préambule.
Vous êtes donc uniquement notre apprenti serviteur.
Et votre brusque congédiement sera en tout temps
Une option, à la moindre incartade. En conséquence,
Mon bon monsieur, apprenez maintenant que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.
Denis Bachand, Sherbrooke
Inspiré largement de la perspicacité de Jean de La Fontaine et
du préambule de la Constitution américaine : We the People