Défendre les droits humains : un important moteur de transformation sociale

Le Caucus estrien des groupes de défense collective des droits profite de la Journée internationale des droits humains (10 décembre) pour souligner le travail terrain et politique des organismes de défense de droits. Depuis toujours, ces organismes sont les chiens de garde de la population dans l’application et la mise en œuvre de leurs droits. Ils travaillent tous les jours dans l’objectif d’une plus grande justice sociale.

Le Caucus estrien des groupes en défense collective des droits est composé du Comité des travailleurs et travailleuses accidentés de l’Estrie, de Concertaction femmes Estrie, Illusion Emploi, Promotion Handicap Estrie, de la Table d’action contre l’appauvrissement de l’Estrie et la Table ronde des organismes volontaires d’éducation populaire de l’Estrie.

Rappelons-nous que les organismes de défense des droits sont nés du vécu des personnes ayant des difficultés similaires. Ces personnes ont uni leurs efforts pour identifier et mettre en place des solutions à leurs problèmes. Grâce à ces luttes collectives, nous avons maintenant accès, entre autres, à des logements sociaux, à une éducation publique et gratuite, à des soins de santé, à des prestations de revenus (aide sociale, chômage, pensions de vieillesse), à des conditions de travail améliorées, à l’équité salariale, à un réseau de garderies et de CPE et à des lieux publics accessibles aux personnes handicapées. De plus, la mobilisation et les actions des organismes de défense des droits ont permis des avancées importantes pour les droits des personnes victimes de discrimination, de racisme et d’homophobie.

Même si les gouvernements peuvent difficilement faire fi de notre travail comme moteur de changement social, nous avons parfois l’impression que nos voix ne sont pas entendues. Après 15 ans sans augmentation ni indexation de nos subventions, les organismes accueillent avec soulagement les augmentations de près de 12 millions de dollars consentis dernièrement. Cependant, ces augmentations ne nous permettent toujours pas de combler l’ensemble des besoins. Les besoins sont chiffrés à 40 millions de dollars annuellement par les groupes, soit nettement plus que ce que le gouvernement a consenti.

Nous profitons également de l’occasion pour rappeler au gouvernement caquiste son engagement préélectoral de mieux soutenir et d’augmenter le financement à la mission de tous les organismes communautaires. Compte tenu des importants surplus budgétaires, nous nous attendons à des engagements concrets dans le prochain budget pour les organismes de défense collective des droits. Nous espérons que ce nouveau gouvernement tiendra son engagement et qu’il ne suivra pas l’enlignement des libéraux qui voulait instaurer un virage individuel dans le financement gouvernemental.

Le Caucus estrien des groupes de défense collective des droits