Continuez de nous supporter

Dimanche soir passé, après 10 heures de sommeil en trois jours, je me suis résignée à faire les valises de mes enfants pour un temps indéterminé. Nous sommes dans l’urgence d’agir et nous nous préparons depuis jeudi soir (le 12) à affronter le tsunami qui cogne à notre porte. À ce moment-là, je me suis demandé de combien de temps nous disposions avant d’être prêts. Deux jours? Une semaine au mieux?

Je suis inhalothérapeute, mon conjoint est médecin et nous n’avons pas eu le choix. Tous les jours, assignés ou non, nous nous présentons au travail afin de mettre les bouchées doubles pour accueillir tous ces gens malades. Nous révisons ce qui s’est fait ailleurs, nous construisons des algorithmes de soins, nous épluchons les possibilités cachées de l’hôpital, nous réinventons son intérieur.

Et quand je dis nous, je dis TOUS. Les préposés, les infirmières, les résidents, le personnel de l’entretien, le personnel de l’installation matériel, les ingénieurs, les secrétaires, les acheteuses de matériel, le personnel d’informatique, les perfusionnistes, les chefs de service, les médecins, toutes spécialités confondues.

TOUS ces gens forment une équipe. Je tiens à les nommer tous, car je me suis adressée à chacun de ces professionnels pour avancer, pour arriver à être prête à soigner et à être protégée en même temps. 

Ma réalité? Oui j’ai peur. Viscéralement. Pour mes enfants, pour moi, pour les gens que j’aime. Cependant, je veux essayer et je veux réussir. 

Et de nous voir agir ainsi, j’y crois. 

Les prochaines semaines seront décisives. Nous serons, vu notre spécialisation, dans les corps de métier les plus exposés biologiquement au virus. Vous irez lire ce que fait un inhalothérapeute au bloc opératoire, aux soins intensifs, à l’urgence. Grosso modo, on se met la face exactement là où c’est le plus dangereux. Et malgré tout cela, je crois que nous allons réussir. Vraiment. 

Continuez de nous supporter comme vous le faites actuellement en respectant les mesures de sécurité. 

Merci à chacun de vous. 

Catherine Provencher Martineau

Inhalothérapeute

Sherbrooke