Carter, Trump & Trudeau

À 94 ans, Jimmy Carter — président américain ayant atteint le plus grand âge — s’est livré le 5 avril dernier, dimanche des Rameaux, à sa traditionnelle et hebdomadaire adresse à sa communauté de l’église baptiste Maranatha à Plains, en Géorgie. Il y a révélé la teneur (confirmée par la Maison-Blanche) de sa conversation de la veille avec Donald Trump.

À l’inquiétude du président de constater que la Chine était en train de devancer les États-Unis, Carter, devant les siens, a relaté sa réponse : « c’est vrai, M. le président, et savez-vous pourquoi? J’ai normalisé nos relations diplomatiques avec Pékin il y a quarante ans. Depuis 1979, savez-vous combien de fois la Chine a été en guerre avec qui que ce soit? Pas une seule fois. Et nous sommes restés en guerre. Les États-Unis sont la nation la plus belliqueuse de l’histoire du monde parce nous avons tendance à imposer nos valeurs américaines aux autres pays. La Chine, elle, investit ses ressources dans des infrastructures telles que les chemins de fer à grande vitesse qui couvre 18 000 milles. Combien de milles avons-nous aux États-Unis? »

— Aucun, a répondu la congrégation.

— « Nous avons gaspillé 3000 milliards de dollars en dépenses militaires. La Chine n’a pas gaspillé un cent pour la guerre, et c’est pourquoi elle est en avance sur nous dans presque tous les domaines. Et si nous avions pris 3000 milliards pour les mettre dans les infrastructures américaines, on aurait un chemin de fer à grande vitesse. On aurait des ponts qui ne s’effondrent pas. On aurait des routes correctement entretenues. Notre système éducatif serait aussi bon que celui de la Corée du Sud ou de Hong Kong » (Carter n’a hélas pas mentionné un système de santé publique).

Chez nous, le gouvernement Trudeau se voit imposer par l’OTAN d’acheter pour 70 G$ de bateaux de guerre Irving/Lockheed Martin et bientôt des dizaines de milliards pour des chasseurs bombardiers d’attaque que Boeing et Airbus déplorent destinés à leur compétiteur Lockheed Martin : c’est pour cette dernière compagnie, fabricante des F-35 avec Northrop Grunman, que travaille le général Charles Bouchard qui a mené l’attaque aérienne de l’OTAN sur la Libye en 2011. Ces armes canadiennes auront pour effet de multiplier les réfugiés (au nombre croissant de 70 M$, nous informe le Haut-Commissariat pour les Réfugiés de l’ONU) qui en frappant aux portes de l’Occident, enfleront le racisme d’extrême-droite. Rappelons que le Stockholm International Peace Research Institute a estimé les dépenses militaires croissantes des pays de l’OTAN à plus de quinze fois celles déclinantes de la Russie.

Que Réjean Hébert et Steven Guilbeault se présentent pour le parti libéral pour faire avancer leurs causes respectives, cela se conçoit. Mais qu’ils le fassent, sans remettre en question les dépenses militaires offensives qui leur enlèveront toute marge de budget pour les aînés et pour l’environnement, dépasse tout entendement.  Car un écotrain rapide Québec-Windsor, refusé par Trudeau en 2016, aurait coûté 20 milliards de $, pour rester dans la thématique soulevée par Carter. Et pour la dépasser, combien de centaines de millions de $ assureraient l’eau potable à nos Premières Nations?


Pierre Jasmin

Magog