Au petit trot s’en vont les programmes sociaux avec François Legault

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
La Tribune
POINT DE VUE / Non, ceci n’est pas un sketch prévu au Bye Bye 2019! Le gouvernement Legault fera dans le sociofinancement, en partenariat public-privé (PPP) avec l’organisme La Ruche, spécialisé en financement participatif, pour des projets visant les jeunes 15-29 ans. Notons que la Ruche est implantée dans cinq (5) régions seulement au Québec.

Dans un article paru le 15 décembre dernier sur Ici Québec, nous apprenions que pour chaque dollar amassé le gouvernement investirait à son tour un dollar, jusqu’à concurrence de 100 000 $. Selon le député de Beauce-Sud et adjoint parlementaire du premier ministre volet jeunesse, Samuel Poulin, cela pourrait aider des projets qui ne cadrent pas avec un programme gouvernemental et à ce titre, il mentionne les maisons des jeunes et les auberges. 

Mais qu’est-ce que cette vision 2.0 du financement pour les programmes jeunesse? En s’associant à la Ruche, qui facture 7 % en frais de gestion aux organismes qui font affaire avec eux, le gouvernement envoie le message qu’il est incapable de gérer ces sommes lui-même.  

Des plateformes comme celles de la Ruche permettent un financement alternatif pour concrétiser un projet. Le problème ce n’est pas ces plateformes, mais le fait que le gouvernement passe par ces dernières, encourageant ainsi le privé. Pourquoi n’octroie-t-il pas tout simplement les sommes aux organisations? Pourquoi payer des frais de gestion comme contribuable, car c’est bien de cela qu’il s’agit, alors que l’appareil gouvernemental dispose de tous les moyens nécessaires pour octroyer du financement directement aux organisations?  

Allons-nous assister à une surenchère sur ces plateformes au niveau des projets jeunesse? Les organisations, pour réussir à obtenir un financement adéquat, devront mettre combien d’heures à faire la promotion de leur projet auprès de donateurs potentiels plutôt que de travailler directement avec les jeunes? Pendant que l’un rencontre le directeur d’une grande banque et l’autre la directrice d’une grande entreprise, quel sera le temps consacré à Félix et Juliette, tous deux à l’aube de leur vingtaine, qui se demandent si la vie vaut encore la peine?  

Pire encore! Quelle ne fut pas notre surprise de constater le peu de connaissance de M. Poulin sur les programmes gouvernementaux, et par la bande son équipe de communication qui aurait dû valider ses déclarations. Est-il utile de rappeler à M. Poulin que les Maisons de jeunes et les Auberges du Cœur, si c’est de ces organismes dont il parle, sont des organismes accrédités au Ministère de la Santé et des Services sociaux? Est-il aussi utile de lui rappeler que ces derniers reçoivent du financement pour leur mission via le Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC)? 

M. Legault, nous voyons enfin vos couleurs et il est hors de question que nous vous laissions gérer les programmes de l’État en mode PPP. Soyez assuré que nous vous talonnerons en 2020, alors profitez du temps des fêtes pour vous reposer, vous en aurez besoin! 

 

Dominique Vigneux-Parent
Table ronde des organismes volontaires d’éducation populaire Estrie 

Claudelle Cyr 
Regroupement des organismes communautaires Estrie