Air Canada vole bas!

Rien de nouveau sous les nuages, la routine se poursuit pour Air Canada qui atterrit dans le box des accusés chez le Commissaire aux langues officielles (CLO). Ma foi, c’est à se demander si la turbulence linguistique n’est pas inscrite dans les tâches obligatoires chez ce transporteur. Le même vent de travers occasionne une récurrence dans les manques au bilinguisme chez Air Canada. C’est gênant!

Mais pourquoi est-ce si difficile pour le francophone de se faire respecter autant que l’anglophone dans un pays où, depuis bien longtemps, il y a deux langues officielles? Pourquoi un anglophone unilingue à Vancouver obtient un poste administratif pendant que le francophone, à Montréal, doit obligatoirement être bilingue, cela pour le même poste? J’ai personnellement décroché et perdu confiance en cette compagnie pour le service, elle n’a pas compris après la première offense, comprendra-t-elle après la xième fois? Non! Où sont les pistes de solution devant cette pléthore de fautes?

Michel Beaumont, Québec

***

UN EXIT PLUTÔT QU'UN BREXIT!

Boris Johnson veut à tout prix un Brexit, sans accord ou avec accord. Je crois que nous verrons bientôt plutôt un exit de ce trublion, émule de Donald Trump! Il semble de plus en plus évident que le Royaume-Uni se dirige vers des élections générales. Le scénario le plus plausible est alors que les conservateurs soient battus et que le parti Labor, avec peut-être des appuis de tiers partis, forme le nouveau gouvernement. Celui-ci serait opposé au départ du Royaume-Uni de l’UE, ce qui correspondrait au vœu nettement majoritaire de la population. Les Britanniques ont pu constater après trois ans de folie post-référendaire qu’il valait mieux rester dans l’Union européenne. Toute cette saga est en grande partie due à l’incompétence de la classe politique du pays. Il faut bien le constater : les Winston Churchill ne courent hélas pas les rues en terre d’Albion.

Michel Lebel, Entrelacs