Affligeant et insultant

ÉDITORIAL / La décision du ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, d’envoyer paître ceux et celles qui réclament une enquête publique sur la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic, les accusant de véhiculer des théories du complot, est affligeante et insultante.

À quelques mois des élections fédérales, cela envoie un très mauvais message à la population alors que de nombreuses questions demeurent sans réponses.

Faut-il rappeler qu’outre le Bloc québécois, le Nouveau Parti démocratique et le Parti vert, l’ancienne mairesse Colette Roy Laroche, la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, plusieurs experts et même l’Assemblée nationale du Québec ont réclamé — en vain jusqu’ici — la tenue d’une enquête publique fédérale sur le déraillement du convoi pétrolier de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA), le 6 juillet 2013, qui a fait 47 morts et détruit le centre-ville de Lac-Mégantic?

On est loin de quelques hurluberlus qui voient des complots partout!

M. Garneau a beau soutenir qu’il n’y a plus rien à découvrir sur cette triste affaire et que le rapport du Bureau de la sécurité des Transports (BST) de 2014 a fait toute la lumière sur les événements, nombre de citoyens et d’experts (et des politiciens) estiment que justice n’a pas été rendue et que les trois anciens employés de la MMA accusés de négligence criminelle (puis acquittés) ont en quelque sorte servi de boucs émissaires.

Dans son rapport, le BST avait expliqué la tragédie par la faible culture de sécurité de la MMA et la surveillance inadéquate par Transports Canada des systèmes de gestion de sécurité des compagnies ferroviaires.

Il avait aussi émis des recommandations, dont plusieurs ont été suivies par le gouvernement fédéral, notamment la présence de cheminots dans les convois immobilisés, la mise en place de systèmes de freinage contrôlés électroniquement, de nouvelles limites de vitesse et le retrait graduel des wagons-citernes DOT-111, jugés non sécuritaires.

De plus, une voie de contournement sera construite à Lac-Mégantic où devrait être rapatriée la gare de triage de Nantes, d’où était parti le convoi de la MMA.

Malheureusement, encore aujourd’hui, des lacunes importantes persistent en sécurité ferroviaire et le nombre d’accidents augmente au pays (+7 % entre 2017 et 2018 et +21 % entre 2016 et 2017), plusieurs impliquant des matières dangereuses, dit le BST.

L’auteure et militante Anne-Marie St-Cerny (Mégantic : une tragédie annoncée) et Bruce Campbell, chercheur et ex-directeur du Centre canadien de politiques alternatives (The Lac-Mégantic Disaster : Public Betrayal, Justice Denied), ont enquêté sur la tragédie de Lac-Mégantic, notamment la déréglementation de l’industrie et la voracité des grandes compagnies ferroviaires qui mettent en circulation des convois pétroliers plus longs, plus lourds et plus rapides, tout en négligeant l’entretien du matériel.

Au-delà des causes techniques de la tragédie, tout n’a pas été dit quant aux responsabilités, même indirectes, des hauts dirigeants de la MMA, de Transports Canada et du pouvoir d’influence des lobbyistes de l’industrie.

De même, comment se fait-il que l’on confie encore aux compagnies ferroviaires la responsabilité de s’autoréglementer?

Il est trop facile de balayer du revers de la main la demande pour une enquête publique sous prétexte que le BST a fait son travail.

Les gens de Lac-Mégantic et l’ensemble de la population canadienne ont le droit de connaître le pourquoi et le comment de la tragédie de juillet 2013, au-delà des causes factuelles ou techniques.

Beaucoup de zones grises subsistent au sujet de ce funeste déraillement.

Une enquête publique permettrait d’assigner des témoins à comparaître, de recueillir des preuves et d’exiger des documents pour tenter d’expliquer ce qui s’est passé.

Nous le devons aux victimes du 6 juillet 2013.