À quand un réveil des contribuables à Magog?

La Ville de Magog annonce un autre excédent record de 3,7 M$ pour l'exercice financier 2014. Et c'est sans compter les 596 646 $ réservés au financement de projets d'investissement d'Hydro-Magog, non budgétés. Le véritable excédent est donc de 4,3 M$ (...). Magog est vraiment «créative de nature», même dans la façon de présenter ses résultats financiers, et elle est opaque sur des organismes comme l'Association du marais de la Rivière-aux-Cerises et Magog Technopole.
Cet excédent suit ceux de 5,1 M$ en 2013 et de 4,1 M$ en 2012 pour un total de 13,5 M$, mais l'administration de la mairesse Vicki May Hamm persiste et signe : elle estime que les contribuables de Magog ne sont pas surtaxés.
La création d'un fonds pour le financement de projets d'investissement d'Hydro-Magog avec ses barrages vieillissants et de nouvelles réglementations n'est pas condamnable en soi. Mais de créer ce fonds en catimini est pour le moins discutable. Cela ressemble à un exercice de dernière minute pour diminuer l'excédent.
Lors de la présentation du budget 2015, en décembre, il était indiqué que les fonds réservés au 2 décembre 2014 à cet effet étaient de 677 766 $. À quand un bilan financier séparé pour Hydro-Magog?
Ces surplus indiquent que les contribuables de Magog sont surimposés, le nier est tout simplement incompréhensible! Ce sont 13,5 M$ qui ne génèrent aucune activité économique à Magog alors que celle-ci tourne au ralenti. La Ville de Magog a ainsi été chercher 500 $ de trop par habitant.
(...)
Lors de la campagne électorale de 2013, j'avais pris, à titre de candidat à la mairie, l'engagement de geler le taux de base pour les immeubles résidentiels pendant deux ans. Les chiffres ci-dessus démontrent sans l'ombre d'un doute que cet engagement était tout à fait possible pour l'année 2014.
Le budget de 2015 déposé en décembre dernier sous-estime d'au moins 2 M$ les revenus.
Enfin, à la Ville de Magog, la rémunération moyenne de 69 490 $, incluant les charges sociales par employé, est pratiquement le double de la rémunération moyenne de la MRC.
Le gouvernement provincial a beau jeu de dire que les municipalités engrangent surplus après surplus à la veille de la négociation d'un nouveau pacte fiscal.
À quand un réveil des contribuables de Magog?
Robert Mabit
Magog