Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

À propos du parc Central

Point de vue
Point de vue
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Et si le projet de terrain synthétique au parc Central était plus qu’une simple transformation d’un terrain naturel en terrain synthétique?

La publicité des débats est la voie à travers laquelle se vit la démocratie. Dans ce dossier fort controversé du terrain synthétique au parc Central, les citoyens ont été exclus des discussions dès le point de départ. Il faut remonter dans le temps pour s’en convaincre. De 2015 jusqu’en 2019, la révision du plan de maintien et de développement des terrains de soccer à Sherbrooke a évolué à huis clos (comité exécutif du 27 octobre 2015, comité plénier du 10 novembre 2015 et atelier de travail du 8 avril 2019).

Pourtant dans la politique de participation publique de 2009, la ville de Sherbrooke adhérait au principe d’une démocratie plus directe permettant la participation des citoyens aux processus délibératoires pour bonifier les projets et influencer les décisions avant que les décisions puissent être prises par les élus.

Qu’est devenue cette politique en cours de route et comme les élus ont réactualisé ce plan le 15 avril 2019, à quel moment les citoyens pouvaient s’exprimer à ce sujet pendant que des discussions avaient lieu depuis 2018 à l’extérieur de l’espace publique avec le Mistral?  

Lorsque les citoyens ont voulu questionner le projet, le processus a suivi son cours de décembre 2020 à mars 2021 sans tentative véritable de vouloir faire une analyse plus approfondie.

Est-ce l’expression d’un plus grand malaise dans ce qui fut ressorti par les médias en cours d’année au niveau de division de la ligne hiérarchique et de la ligne de pouvoir entre la fonction publique municipale et les élus? La culture organisationnelle actuelle de la fonction publique municipale fait-t-elle entrave aux règles de transparence lors de la divulgation aux élus et aux citoyens des informations et des documents servant à voter les projets comme celui du parc Central?

Qui retirent vraiment un bénéfice de ces processus à huis clos et de cette divulgation morcelée des documents, voir bonifiée selon les questionnements dans le temps?

Pourtant, il s’agit d’une somme importante « 2 800 000 $ » qui représente l’augmentation des taxes pour l’année 2021. Est-ce que les recommandations du vérificateur général de 2019 au niveau des carences d’encadrement et de reddition de compte ont été suivies dans ce dossier afin d’obtenir la meilleure solution pour assurer la pérennité des infrastructures avec des données mesurables?

Les besoins urgents, réels et actuels sont-ils bien exposés par les hypothèses fondées sur l’engouement probable du soccer relié à la Coupe du monde au Quatar en 2022 et en Amérique en 2026 ou par l’utilisation de la surface par les CPE et les camps de jour avec les risques d’ingestion du matériel SBR et autres composantes?

Plus nous parlons de ce projet moins nous comprenons son origine. À trop vivre dans une bulle certains services municipaux se sont-ils définitivement isolés des citoyens au détriment de la démocratie municipale?

Michel Claude Gagnon
Isabelle Lord
Denis Rancourt
Christiane Faucher
Anil Badaroudine 
Chritian Lavoie
François Chenevert