À nos agents de police

LA VOIX DES LECTEURS / Un petit message à vous tous et toutes qui veillez sur notre sécurité, notre bien-être et plus encore.

Le vendredi 7 février dernier a été une journée de grosse tempête. Tout le monde a connu des problèmes de stationnement et de déneigement, surtout durant la nuit du 7 au 8 février, car les déneigeurs étaient débordés.

Pour dire, chers policiers, que vous auriez pu user de jugement et de tolérance lors de cette fameuse nuit. Un de mes amis a reçu une contravention, car sa voiture a passé la nuit dans la rue. Il en était ainsi, car nous ne connaissions pas l’heure à laquelle le déneigeur allait passer et qu’à un moment donné, nous devions aller dormir...

De plus, sa voiture a été presque ensevelie sous la neige après le passage de la déneigeuse de la Ville. Nous étions loin de penser, dans les circonstances, que les policiers allaient lui donner une contravention. La situation était exceptionnelle.

On se disait qu’ils allaient être tolérants étant donné la tempête... Pourquoi pas un jugement exceptionnel pour une tempête exceptionnelle ?

Non. Le policier a pris le temps de déneiger l’endroit où se trouve la plaque d’immatriculation dans la grosse neige pour prendre son numéro et rédiger une contravention.

Par la suite, il a déneigé le parebrise côté conducteur pour y installer le billet sous l’essuie-glace. Voilà, le tour était joué ! C’était fort simple !

En pleine grosse tempête. Non, mais. Il faut le faire !

Sachez que je n’ai rien contre votre travail. Je sais que ce n’est pas toujours facile pour vous et que les critiques viennent vite. Mais là, en cette journée de tempête, la tolérance aurait été bien vue.

Concernant les entreprises de déneigement, un petit conseil : prenez moins de contrats. Vous ferez alors un meilleur travail ou évitez de donner trop de sous-traitances. Votre entreprise aura ainsi une meilleure réputation.

Réjean Chabot

Granby