100 000 fois merci!

Quelque 100 000 personnes ont exprimé leur solidarité à l’égard des travailleuses et des travailleurs de la santé en portant le symbole du cœur brisé.

La Fédération de la Santé du Québec (FSQ-CSQ) et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) ont lancé cette grande opération de soutien en février dernier, dans la foulée des sit-in et des cris du cœur exprimés récemment par les infirmières.

À titre de présidente de la FSQ, je tiens à remercier ces dizaines de milliers de personnes de partout au Québec qui nous ont témoigné leur solidarité et leur fort attachement à notre système public de santé.

Merci à toutes ces personnes souffrantes et vulnérables qui partagent nos inquiétudes quant à l’épuisement majeur du personnel, qui met en péril la sécurité des soins.

Merci à toutes ces familles, préoccupées par la santé d’un proche, qui nous soutiennent dans notre bataille pour la qualité des soins.

Merci à ces étudiantes et étudiants en soins infirmiers et en médecine, inquiets pour leur avenir, qui sont solidaires dans notre combat pour de meilleures conditions d’exercice et pour la stabilité des équipes de travail.

Merci à ces milliers de travailleuses et de travailleurs de tous les milieux qui dénoncent la réforme du ministre Barrette (...)

À ce sujet, les prochains mois s’annoncent particulièrement critiques alors qu’un personnel épuisé, écrasé sous les heures supplémentaires, qui a grandement besoin de repos et de vacances, pourrait avoir de la difficulté à obtenir ses congés estivaux. Nos leaders syndicaux négocient avec les employeurs pour obtenir des conditions de travail respectueuses et qui permettront à nos membres d’assumer adéquatement leurs importantes responsabilités.

Au cœur de ces conditions, il faut retrouver la stabilité des postes et des équipes de travail. Les employeurs ne peuvent continuer d’exiger toujours plus de mobilité et de flexibilité sans compromettre la santé du personnel et, par conséquent, sans compromettre la qualité et la sécurité des soins. C’est une évidence qui échappe encore à trop d’employeurs.

Nous voulons également rappeler au ministre Gaétan Barrette qu’il a l’obligation d’assurer dès maintenant la prestation sécuritaire des soins. À ce titre, nous avons espoir qu’il donnera aux gestionnaires des établissements la marge de manœuvre nécessaire pour négocier des ententes locales et estivales qui accorderont au personnel des conditions de travail décentes.

Il y a urgence d’agir au-delà des projets pilotes sur les ratios qui ne donneront des résultats que dans plusieurs mois.

La FSQ-CSQ et la CSQ interpellent tous les acteurs du réseau pour qu’ils participent activement au dénouement de la crise (...) Nous ne lâcherons pas!

Claire Montour, présidente
Fédération de la Santé du Québec (FSQ-CSQ)