L’année dernière, 1039 jeunes ont été parrainés dans le cadre l’Opération Père Noël en Estrie.
L’année dernière, 1039 jeunes ont été parrainés dans le cadre l’Opération Père Noël en Estrie.

L’Opération Père Noël s’enclenche en Estrie

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Un peu plus d’un mois avant Noël, l’Opération Père Noël s’enclenche en Estrie. Avec la pandémie, on s’attend à ce que les besoins soient plus nombreux et les efforts de recrutement pour trouver des pères Noël, plus grands.

L’Opération Père Noël se tient depuis 2011 en Estrie et en sera à sa 26e campagne au Québec. Les pères Noël participants reçoivent la lettre d’un enfant, puis achètent un jouet qui lui sera ensuite remis.

L’année dernière, 1039 jeunes ont été parrainés et ont reçu un cadeau. L’activité est parrainée par la Fondation du Centre Jeunesse de l’Estrie et elle connaît un tel succès que ses artisans ont parfois dû refuser des gens qui souhaitaient participer. La donne pourrait toutefois être différente cette année.

« Je crains que oui, les besoins pourraient être plus grands : on a des parents qui ont perdu leur emploi. Parallèlement, beaucoup de pères Noël ont aussi perdu leur emploi ou ont moins de revenus », indique la coordonnatrice de l’Opération Père Noël en Estrie, Isabel Couture. Des personnes-ressources s’occupent maintenant des secteurs de Lac-Mégantic et d’Asbestos, de sorte que l’activité sera mieux connue à ces endroits, avance-t-elle également, ce qui pourrait influencer les demandes. 

Dans le contexte de la pandémie, bien des personnes âgées qui se faisaient un plaisir d’aller magasiner pour les enfants doivent maintenant limiter leur déplacement. Dans la Capitale-Nationale, la Santé publique a recommandé, selon Radio-Canada, de réduire les déplacements dans les centres commerciaux. Or, les gens peuvent aussi faire un don, et un artisan de l’opération se chargera d’acheter les cadeaux qui feront briller les yeux des enfants. L’opération cherche aussi des pères Noël corporatifs, comme certaines entreprises le font depuis quelques années : elles prennent sous leur aile plusieurs enfants et s’occupent de leur acheter ce qu’ils souhaitent recevoir. 

« Quand on reçoit la lettre, on fait le pairage. On compte le faire au plus tard autour du 4 décembre. Les pères Noël devraient recevoir les lettres dans ces eaux-là. Ils ont deux semaines pour remettre le cadeau (…) Certaines personnes voudraient voir la réaction de l’enfant, mais ce n’est pas possible. C’est complètement anonyme, parce que ce sont des enfants qui bénéficient des services de la protection de la jeunesse », note la coordonnatrice. Les enfants qui reçoivent des services du CIUSSS de l’Estrie-CHUS peuvent aussi participer.

La façon de faire pour l’envoi des lettres sera revue aussi cette année en raison des consignes sanitaires. 

« Cette année, les enfants ne sont pas obligés de produire de lettre. On les encourage à le faire, mais s’ils n’en font pas, ils vont transmettre leur choix de cadeau à l’intervenant (…) » S’ils en écrivent une, celle-ci sera transmise par courriel.   

Majoritairement, les intervenants des jeunes les prendront en photo et les missives seront envoyées par courriel.

Pour participer, les gens doivent s’inscrire à operationperenoel.com. Ils peuvent faire un don et préciser pour quelle région ils souhaitent le faire. Ils peuvent aussi écrire à operationperenoel.estrie@gmail.com.

Par ailleurs, la Fondation du Centre Jeunesse de l’Estrie, à l’instar de bon nombre d’organisations, doit revoir la tenue de son activité de financement annuelle. Elle convie la population, cette année, à vivre une expérience culinaire. 

Les chefs Suzy Rainville, du restaurant Baumann, et Christian Fréchette, du DaToni Pronto et Les Ateliers Mon Chef, ont conçu un repas gastronomique quatre services, qui seront offerts les jeudis 3 et 10 décembre. Les dates limites pour commander sont les mercredis 18 novembre et 25 novembre 2020. Pour plus d’informations : http://www.fondationcje.com/evenements/boite-chefs-de-noel/